Monde

Un compromis budgétaire aux Etats-Unis

Pendant que l’Europe s’enfonce dans la crise

Témoignages.re / 31 décembre 2013

Après des mois de négociations entre la sénatrice démocrate Patty Murray et le républicain Paul Ryan, qui préside la commission du Budget à la Chambre des représentants, le président Barack Obama a signé le budget des Etats-Unis pour les deux années à venir.

JPEG - 95.1 ko
L’accord se fait sur le dos de plus d’un million de chômeurs, qui seront brutalement privés d’indemnisation.

Le nouveau budget transforme ce compromis en loi, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. Il s’agit d’après les médias, de l’une des « plus grandes stabilité fiscale », après les nombreux blocages et notamment la mise au chômage des fonctionnaires des administrations fédérales en octobre.

Fin de l’indemnisation chômage

Le Congrès a ainsi refusé d’approuver le renouvellement de cette prestation avant les fêtes de fin d’année. Pour beaucoup de familles, « cette interruption des indemnisations est une catastrophe », a expliqué le correspondant de Radio France International à Washington.

Sur les 4 millions de chômeurs américains, 1,3 million ne percevront plus d’indemnisation du gouvernement fédéral d’un peu plus de 1.000 dollars par mois. Les personnes touchées sont celles, sans emploi depuis plus de 73 semaines, « la durée maximum pendant laquelle ils ont droit à une allocation chômage ».

Malgré l’insistance de Barack Obama, le Congrès a refusé cette année de prolonger cette aide. Les républicains estiment qu’elle coûtait 25 milliards de dollars par an. Pour Dolores Ceriani, dans l’Etat de New York, interrogé par RFI, « l’arrêt de cette indemnisation est catastrophique ». « C’est terrifiant. Un désastre. Comment je vais nourrir mes quatre enfants, comment je vais nourrir mon chien, mon mari ? C’est tellement accablant qu’on ne sait pas où commencer » a expliqué cette dernière.

Le président américain devrait essayer d’obtenir, dès le retour du Congrès le 6 janvier, la restauration pour au moins trois mois de l’allocation. Mais concernant le renouvellement pour un an, la situation est incertaine. Pour les économistes interrogés par RFI, « l’opposition des républicains est un mauvais calcul », car « privés de leur indemnisation, les sans-emploi ne peuvent contribuer à la croissance de l’économie, ce qui pourrait replonger les Etats-Unis dans la récession ».

Plus de 385 milliards pour la défense

La loi sur la défense prévoit pour le Pentagone un budget annuel de près de 385 milliards d’euros pour l’exercice budgétaire 2014. Le texte inclut plusieurs mesures destinées à réformer le traitement des dossiers d’agressions sexuelles et de viols par la justice militaire, ainsi qu’augmenter la capacité de l’armée à détruire des armes chimiques syriennes.

La loi permettra à la Maison blanche de transférer « plus facilement » des prisonniers de la base militaire de Guantanamo, sur l’île de Cuba, vers des pays prêts à les accueillir. Selon les récentes données, 158 personnes de différentes nationalités sont encore incarcérées à Guantanamo, depuis plusieurs années, sans avoir été jugées. Cet assouplissement des règles de transfert devrait concerner les détenus yéménites et syriens.

« L’exécutif doit avoir l’autorité de déterminer quand et où poursuivre les détenus de Guantanamo », a déclaré Barack Obama dans un communiqué jeudi. Mais pour ce dernier, les Etats-Unis ont aussi besoin « de flexibilité, entre autres, pour conduire rapidement les négociations avec des pays étrangers sur les circonstances du transfert des détenus ».

Un texte salué


Salué par les deux partis, cet accord n’a toutefois pas réglé la question du relèvement du plafond de la dette publique, actuellement fixé à 16.700 milliards de dollars. L’administration Obama a d’ailleurs averti le Congrès que l’Etat fédéral pourrait, dès février 2014, ne plus être en mesure de lever de nouveaux emprunts si les parlementaires ne relevaient pas ce plafond, a expliqué l’agence Reuters.

Ce compromis établit le cadre des dépenses pour 2014 et 2015 et annule les coupes automatiques devant entrer en vigueur le 1er janvier. Avec l’annulation partielle de cette austérité, les dépenses fédérales, après deux années de baisse historique, devraient repartir à la hausse en 2014. Celles-ci devraient passer de 967 milliards de dollars pour 2013 à 1.012 milliards en 2014 et 1.014 milliards en 2015.


Kanalreunion.com