Monde

Un discours œcuménique

Message de Noël du pape

Céline Tabou / 27 décembre 2014

Le pape François a célébré jeudi 25 décembre la fête de Noël en commémorant la naissance de Jésus, en envoyant à 1,2 milliard de catholiques sa bénédiction « urbi et orbi ». Son discours sur fond de guerres et de fondamentalisme religieux a été écouté par des croyants, non croyants et membres d’autres religions.

JPEG - 60.6 ko
Le pape a dénoncé les exactions commises en Palestine.

Le chef de l’Eglise catholique s’est adressé « à la ville et au monde » (« urbi et orbi »), lançant des appels pour remédier aux guerres et aux injustices. Son intervention a surtout été pointée par la condamnation qu’il a faite pour « tous les trafics, abus, exploitations et violences que subissent les enfants sous nos propres yeux », et la « persécution brutale », les massacres et les prises d’otages dans le monde.

Un message de soutien aux enfants

Il y a trop d’enfants « victimes d’abus et exploités sous nos propres yeux et avec notre silence complice », a-t-il dénoncé. Fait nouveau pour un pape, ce dernier est sorti de son texte, visiblement ému par le sujet, évoquant les enfants massacrés sous les bombardements, y compris là où est né le Fils de Dieu » (en Terre Sainte), et leur « silence impuissant qui crie sous l’épée ». Le pape François a dénoncé « l’indifférence » vis-à-vis de ces enfants, déplorant également les enfants « tués avant de voir la lumière », une condamnation explicite de l’avortement.
« Que Jésus (…) apporte le réconfort aux familles des enfants tués au Pakistan la semaine dernière », a-t-il indiqué, allusion aux 149 personnes dont 133 écoliers tués à Peshawar par un commando taliban. Le pape a mis l’accent sur les conflits internationaux, comme en Ukraine, où il a exhorté les Ukrainiens à « surmonter les tensions, vaincre la haine et entreprendre un nouveau chemin de fraternité et de réconciliation ».
Le pape argentin n’a pas évoqué l’Amérique latine dans son discours, laissant une place importante à l’Afrique. Il a appelé à « la paix au Nigeria, où à nouveau du sang est versé et trop de personnes sont injustement soustraites à l’affection de leurs proches et tenues en otage ou massacrées ». Il a également invité « au dialogue et à la pacification » en Libye, au Sud Soudan, en Centrafrique et en République Démocratique du Congo. Sans oublier les victimes de l’épidémie Ebola, le pape a pressé les Etats à « assurer l’assistance et les thérapies nécessaires » de manière pressante.

Contre les groupes djihadistes

Le pape argentin a également évoqué sur les violences des groupes djihadistes en Irak et en Syrie. « A Dieu, Sauveur du monde, je demande qu’il regarde nos frères et sœurs d’Irak et de Syrie qui, depuis trop de temps, souffrent des effets du conflit en cours et, avec ceux qui appartiennent à d’autres groupes ethniques et religieux, subissent une persécution brutale », a-t-il annoncé.
Il a évoqué « les nombreuses personnes dispersées, déplacées et réfugiées, enfants, adultes et personnes âgées, de la région et du monde entier ». Il a demandé qu’ils « puissent recevoir les aides humanitaires nécessaires pour survivre à la rigueur de l’hiver et revenir dans leurs pays ». Ce message concerne notamment les plus de 150.000 chrétiens d’Irak déplacés ayant fui Etat Islamique, « qui ont eu un triste Noël, que ce soit à Bagdad ou dans les camps au Kurdistan irakien ».
Pour conclure son allocution, le pape François a, dans la nuit de mercredi à jeudi, lors de la solennelle « messe de minuit », demandé aux catholiques de réagir aux conflits par « la douceur », et de répondre au « besoin de tendresse » des personnes en difficulté. « Comme le monde a besoin de tendresse aujourd’hui ! » a-t-il déclaré.


Kanalreunion.com