Monde

Un mois après, tout reste à faire et la mobilisation de tous doit continuer

Séisme en Haïti : appel de la Croix-Rouge

Témoignages.re / 13 février 2010

Un mois après le terrible séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier, la Croix-Rouge française, déjà engagée auprès de 150.000 haïtiens, est très inquiète. La saison des pluies arrive. Il devient urgent de mettre les Haïtiens à l’abri des intempéries et inondations à venir, d’assurer des soins de suite absolument indispensables au bon rétablissement des nombreux amputés. L’urgence est toujours là. Mais la générosité faiblit et les dons ne seront pas suffisants pour faire face à tous les besoins. Et pourtant, « le pire reste à venir », affirme Jean-François Mattei, Président de la Croix-Rouge française qui rentre d’Haïti.

La Croix-Rouge française engagée auprès de plus de 150.000 Haïtiens

Au travers de ses activités de soins de santé, de distribution d’eau potable, de construction de latrines, de distribution de matériel de secours, de soutien psychologique, la Croix-Rouge française poursuit son engagement à Haïti. Avec plus d’une centaine de volontaires sur place et plus de 1.000 tonnes de matériel acheminé, il s’agit de la mission la plus importante jamais déployée dans un même pays par la Croix-Rouge française, tant en ressources humaines qu’en ressources matérielles.
• Aujourd’hui, la Croix-Rouge française offre des soins dans ses deux dispensaires de Pétion-ville et Delmas et dans ses cliniques mobiles. A ce jour, plus de 3.600 personnes ont pu bénéficier de soins médicaux. Par ailleurs, une équipe spécialisée dans le soutien psycho-social prend chaque jour en charge près de 500 enfants avec des actions éducatives pour les aider à retrouver un rythme de vie plus régulier et apaisant. Elle participe également à la grande campagne de vaccination d’urgence contre la rougeole, la diphtérie et le tétanos qui vient de commencer.
• D’autre part, la Croix-Rouge française propose 58 points de distribution d’eau potable fournissant plus de 600 mètres cubes d’eau par jour, bénéficiant quotidiennement à plus de 150.000 personnes. A ce jour, 300 latrines ont été construites.
• Par ailleurs, la distribution d’articles de secours, tels que des bâches, des couvertures, des kits cuisine ou encore des kits hygiène continue chaque jour et a permis d’aider déjà plus de 45.000 personnes.
• Enfin, l’accueil, le soutien psychologique et la prise en charge en France (Martinique, Guadeloupe et Métropole) des ressortissants français, des enfants bénéficiant de procédures d’adoption se poursuivent. Les recherches de proches portés disparus par le service de Rétablissement des liens familiaux sont, toujours en cours.

La saison des pluies : une autre catastrophe à venir

Il est nécessaire de poursuivre ces actions fondamentales pour la survie des Haïtiens, mais l’arrivée prochaine de la saison des pluies puis de la saison cyclonique, génératrices chaque année d’inondations importantes, impose désormais une mise à l’abri renforcée et sûre pour les centaines de milliers d’Haïtiens qui dorment soit à côté de leur maison, soit sur des espaces confinés et qui se regroupent sous des abris de fortune. En effet, avec la saison des pluies, les conditions de vie vont nettement se dégrader et pourraient engendrer des épidémies. La population à reloger est estimée entre 400.000 à 1,2 million. Il faut donc prévoir l’installation de milliers d’abris d’urgence sans oublier les travaux nécessaires : niveler le sol, mettre en place les systèmes d’approvisionnement et d’évacuation d’eau, poser des latrines, installer des socles sous les abris pour les stabiliser et permettre l’évacuation des eaux de pluie. Pour relever ce défi, une grande coordination sera indispensable entre les autorités du pays, les Nations Unies et tous les acteurs humanitaires présents.
D’autre part, les nombreuses amputations pratiquées sur les victimes impliquent des soins de suite et de réadaptation spécifiques. Avec l’appui de ses structures sanitaires en France, la Croix-Rouge française évalue la possibilité, de créer, au sein de l’hôpital Ofatma, une unité d’appareillage et de réadaptation pour les personnes amputées ainsi qu’une structure de soins de suite pour les personnes opérées dans des situations précaires, sorties trop vite des hôpitaux et souffrant de surinfections, et de former du personnel médical haïtien à Haïti, mais également en France.

La Croix-Rouge française fait plus que jamais appel à la générosité du public

« Nous n’avons pas les moyens de répondre à tous les besoins des Haïtiens touchés par ce désastre sans précédent », déplore Jean-François Mattei.

Aujourd’hui, la Croix-Rouge française peut compter sur presque 12 millions d’euros de dons et en a déjà engagé, pour le premier semestre, près 5 millions (4,98 millions d’euros)
Ce n’est, malheureusement, pas suffisant pour apporter l’aide indispensable à Haïti. Tous les observateurs considèrent qu’il faudra une dizaine d’années pour reconstruire Port-au-Prince. La Croix-Rouge française envisage pour sa part de rester engagée en Haïti pour au moins trois ans pour redonner des conditions de vie décentes à la population haïtienne et lui prodiguer des soins quotidiens.
Les 12 millions d’euros récoltés à ce jour permettront tout juste de mener les programmes en cours pendant 18 mois. Or, face à l’immensité de la tâche et l’ampleur des difficultés, il est essentiel de continuer à faire appel à la générosité des Français.

• Les dons peuvent être effectués sur le web :
www.croix-rouge.fr ou par chèque à l’attention de
Croix-Rouge française “Séisme Haïti” - 75 678, Paris cedex 14

• Ou à La Réunion, par chèque à l’attention de : 

La 
Croix-Rouge française, Délégation départementale

210 bis rue du général de Gaulle
 97470 Saint-Gilles les Bains


Kanalreunion.com