Monde

Un projet de santé publique à l’échelle d’une région

COI

Témoignages.re / 8 février 2011

Le 3ème Comité de pilotage du projet de surveillance et d’investigation des épidémies-Réseau SEGA (surveillance des épidémies et gestion des alertes), s’est tenu à Moroni (Grande Comore), les 27 et 28 janvier 2010.

Le ministre Houdhoer Inzoudine, ministre de la santé par intérim, a présidé la cérémonie d’ouverture.
Durant la cérémonie d’ouverture, le docteur Yao Hassankogno, représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé, a affirmé que la surveillance des épidémies était une priorité pour les pays de la COI et il a encouragé la mise en place d’un système efficace de surveillance pour stopper les épidémies avant le démarrage.
Le responsable de l’AFD, le Docteur Christophe Paquet, a félicité les acteurs du projet pour avoir atteint l’objectif principal du projet et apporté la preuve que le réseau SEGA (Surveillance Épidémiologique et Gestion des Alertes) au sein de la COI existe et fonctionne. Il s’est réjoui de la réflexion entamée sur la pérennisation des acquis et des actions du réseau SEGA.
L’Officier permanent de liaison (OPL) de la COI, l’Ambassadeur Chamsidine Mhadjou, a démontré que ce projet répondait, mettait en œuvre et anticipait les décisions des instances décisionnelles de la COI (Comité des OPL et Conseil des ministres). Il a rappelé que la décision du dernier Conseil portait sur la pérennisation du réseau de surveillance et la formation des épidémiologistes de terrain, une des questions étudiées lors de ce Comité.
Le Consul de Madagascar et la représentante de l’UNICEF ont manifesté leur intérêt pour ce projet régional de surveillance et d’investigation des épidémies.
Après avoir salué l’initiative de la COI de surveiller et d’investiguer les épidémies, le ministre Houdhoer Inzoudine a rappelé les engagements politiques des Etats membres de la COI dans ce domaine pour mettre en œuvre le Règlement sanitaire international de 2005 et lancé les travaux.
Ce comité de pilotage réunissait les points focaux du projet, les partenaires techniques et financiers dont l’Ambassade de France et l’AFD, l’OMS, l’institut Pasteur de Madagascar, le consortium Epiconcept-AEDES opérateur du projet, l’Agence de santé et la CIRE Océan Indien de La Réunion,
Le programme de la première journée a suscité de nombreuses questions et propositions des participants attestant de leur forte implication dans la bonne marche du projet.

90% des actions programmées, réalisées

Les participants ont approuvé le bilan de l’année écoulée après avoir analysé les indicateurs de réussite et constaté la réalisation à 90% des actions programmées.
Pour la seconde phase du projet, le chef de projet, le Docteur Loïc Flachet a présenté une proposition de programme de formation d’épidémiologistes régionaux d’intervention sur deux ans. Les enjeux, les modalités et les conditions de cette formation FETP ont été longuement débattus montrant l’intérêt de tous pour la formation d’une première cohorte de 6 épidémiologistes d’intervention en 2011-2013.
Le projet PASCO de l’Union des Comores a également été présenté aux participants ainsi que les résultats d’une étude sur la diplomatie sanitaire appliquée au projet RSIE-Réseau SEGA.
La deuxième journée a été scindée en deux parties avec un comité de pilotage restreint pour la prise de décision.
Les programmes nationaux 2011-2012 ont été présentés par les 5 pays et territoire de la COI (Comores, France/Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles) et l’ensemble des participants ont évalué et apprécié le programme d’activité budgétisé pour la 3ème année du projet, couvrant la période avril 2011-mars 2012.
Les participants ont tous été impressionnés par la qualité, la rigueur et les résultats des bilans de l’année écoulée présentés par les points focaux du projet ainsi que le réalisme de leur programmation 2011-2012.

Un programme concerté et constructif

C’est un Comité de pilotage restreint qui a ensuite validé le programme de la prochaine année.
Parmi les décisions prises, on notera :

- Le lancement du programme de formation de deux ans des épidémiologistes d’intervention

- Le budget 2011-2012 de 1.668.000 euros

- Le lancement d’un plan régional de surveillance biologique renforcé de la dengue et du chikungunya

- Le lancement de la mission d’évaluation du projet fin 2011 couplée à une étude de faisabilité du projet SEGA 2013-2017 qui pourrait prendre la suite du projet RSIE-Réseau SEGA. Ce nouveau projet intègrerait la santé humaine et la santé animale.

- L’intégration au comité de pilotage en tant qu’observateurs permanents des bureaux pays OMS de la région COI et de l’Institut Pasteur de Madagascar

Un projet de santé publique de la COI qui réussit à la fois à mener à bien les actions programmées tout en préparant la pérennisation du réseau existant. A terme, l’équipe projet régional et ses partenaires espèrent bien créer un département régional pérenne et autonome au sein de la COI pour la surveillance des épidémies et la gestion des alertes afin de réduire les risques épidémiques, leurs impacts et si nécessaire, assurer la riposte.
C’est dans une ambiance constructive que le Comité de pilotage s’est terminé, ouvrant un programme concerté de travail pour renforcer les capacités et animer le réseau SEGA (Surveillance Épidémiologique et Gestion des Alertes).


Kanalreunion.com