Monde

Une coopération propice entre les deux géants asiatiques

Visite du président de la Chine en Inde

Céline Tabou / 8 septembre 2014

Après des années de relations diplomatiques et militaires tendues, l’Inde et la Chine pourraient mettre fin à leur conflit, gelé depuis 1962, pour privilégier une coopération économique et commerciale, propice dans un contexte de crise économique.

La prochaine visite en septembre de Xi Jinping en Inde devrait marquer un tournant dans les relations sino-indiennes, sur le plan économique et commercial. Les deux pays rivaux sur le plan territorial et économique devront s’allier pour pouvoir faire face à la crise financière internationale, qui tire leurs croissances vers le bas.

Consolidation des échanges

La prochaine visite du président chinois Xi Jinping en Inde est scrutée par les observateurs après les tensions ravivées l’an dernier par un incident survenu à la frontière séparant le Ladakh indien du Tibet chinois. Une cinquantaine de soldats de l’Armée populaire de libération ont pénétré le 15 avril, sur une vingtaine de kilomètres à l’intérieur de ce que les Indiens considèrent comme leur territoire.
Cet évènement a relancé le contentieux territorial entre les deux pays. Depuis l’indépendance de l’Inde, en 1947, les deux pays se disputent le tracé précis de leur frontière himalayenne, celui-ci avait d’ailleurs entraîné une guerre entre les deux géants en 1962. L’Inde est défaite par la Chine, depuis, un statut quo a été mit en place.

Invité par le nouveau Premier ministre indien Narendra Modi, le président chinois Xi Jinping devrait se rendre en Inde ce mois-ci, dans le but de « renforcer les relations entre les deux pays », avait annoncé en mai 2014, le ministère indien des Affaires étrangères. Le Premier ministre indien souhaite « exploiter le potentiel complet de notre partenariat stratégique et de coopération avec la Chine », dans un contexte bilatéral propice, étant donné les engagements croissants entre les deux pays.

Du côté chinois, « la Chine et l’Inde sont voisins, et aussi partenaires pour le développement partagé. Elles travaillent toutes à la réalisation du beau rêve de développement du pays et de renouveau de la nation », a indiqué le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Qin Gang, lors d’un point presse le 3 septembre. Pour ce dernier, « la Chine et l’Inde ont une volonté accrue d’approfondir et d’élargir davantage leur coopération amicale dans tous les domaines » économique, commercial, investissement et construction d’infrastructures.

Une relation nécessaire

L’économie du monde reste fragile et morose, dans certains endroits, poussant les deux pays à se rapprocher. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Inde avec des échanges bilatéraux de 70 milliards de dollars. Mais le déficit commercial de l’Inde avec la Chine a atteint 29 milliards de dollars en 2012, alors qu’il n’était que de 1 milliard en 2001-2002.
Cette situation a poussé Narendra Modi à s’assurer un meilleur accès au marché chinois. Les deux pays comptent établir des échanges commerciaux de 100 milliards de dollars en 2015. Concernant « les inquiétudes indiennes sur le déficit commercial, la Chine souhaite que davantage de produits indiens puissent avoir accès au marché chinois », avait indiqué Li Keqiang lors de sa visite en Chine en 2013.
Rattrapé par la crise économique et financière internationale, la Chine et l’Inde doivent composer ensemble, pour pouvoir relancer leurs économies. D’un côté, la majeure partie des exportations de l’Inde vers la Chine sont des matières premières, principalement des minerais, et de l’autre, la Chine exporte une large gamme de produits manufacturés sophistiqués, principalement machines et équipements de télécommunications.
L’Inde, contrairement à la Chine n’a pas pu éviter le choc. La croissance de son PIB est de 4,7% pour 2013/2014 et de 3,8% en 2013 contre 9% il y a dix ans. De son côté, Pékin est parvenue à se maintenir au-dessus de la barre des 7%, avec 7,7% en 2013. Raison pour lesquelles, les deux pays font tout pour développer leur coopération, sans tenir compte des différents.

Li Keqiang a explique que son pays aller soutenir « les entreprises chinoises pour qu’elles augmentent leurs investissements en Inde et aideront les produits indiens à avoir accès au marché chinois », a-t-il promis. Ce dernier a ajouté que l’Inde et la Chine étaient « d’énormes marchés au potentiel gigantesque ».


Kanalreunion.com