Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’Arabie Saoudite rompt les relations diplomatiques et commerciales avec l’Iran

Nouvelle escalade des alliés des Occidentaux

Témoignages.re / 5 janvier 2016

Depuis le massacre de plus de 40 prisonniers dont un responsable religieux chiite par l’État saoudien, la tension est montée au Moyen-Orient. Suite aux manifestations de protestation en Iran, l’Arabie Saoudite a choisi de rompre ses relations diplomatiques et commerciales avec l’Iran. Une autre dictature soutenue par les Occidentaux, Bahreïn, a emboîté le pas au gouvernement saoudien.

La rupture du cessez-le-feu au Yemen par la coalition militaire emmenée par l’Arabie Saoudite s’est accompagnée hier d’une autre rupture décidée par cette dictature, celle des relations diplomatiques et commerciales avec l’Iran.

Le point de départ de cette crise est la décision d’exécuter plus de 40 prisonniers détenus dans les geôles saoudiennes. Parmi eux figurait un opposant au pouvoir, qui était également un responsable religieux chiite.

Cette décision n’a pas été condamné par les alliés occidentaux des Saoudiens. Par contre, elle a provoqué de grandes manifestations en Iran qui ont donné lieu à des débordements. L’ambassade d’Arabie Saoudite a été la cible des flammes.

Hier l’Arabie Saoudite a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran et a donné 48 heures aux diplomates iraniens pour quitter le pays. Bahreïn, une autre dictature du Golfe Persique, a pris la même décision. L’Arabie Saoudite a accompagné cette mesure d’une rupture des relations commerciales avec l’Iran.

Pus au Nord, le gouvernement turc a choisi de lancer une grande offensive militaire qui ne vise pas le groupe Etat islamique, pourtant aux portes de la Turquie, mais le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le PKK est un opposant politique au pouvoir turc, et également un des adversaires les plus déterminés du groupe Etat islamique. Tout comme l’Iran et la Syrie, le PKK engage des soldats dans des opérations au sol contre les terroristes, avec le soutien de l’aviation russe.

Ces choix vont encore accentuer la tension au Moyen-Orient, rapprochant cette poudrière de l’explosion.


Kanalreunion.com