Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’armée israélienne reprend les bombardements malgré la trêve

Déjà plus de 1.000 Palestiniens tués

Céline Tabou / 28 juillet 2014

Dimanche, le Hamas a accepté une trêve humanitaire de 24 heures dans la bande de Gaza à compter de dimanche 14h00 (heures locales), « en réponse à la requête de l’ONU ». A peine lancé, que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé le Hamas de violer son propre cessez-le-feu.

Dans une interview sur la chaîne américaine CNN, Benjamin Netanyahu a dénoncé le Hamas, qui violerait son « propre cessez-le-feu. Dans ces circonstances, Israël fera tout ce qu’il doit faire pour défendre son peuple ». Plus de 1.000 Palestiniens et 37 soldats israéliens sont morts depuis le début de l’offensive le 8 juillet.

Un cessez-le-feu décrété

Après une vingtaine de jours de conflit, le Hamas a accepté dimanche une trêve de 24 heures, laissant présager une pause durable à Gaza à l’approche de la fin du ramadan. Même si les frappes israéliennes meurtrières se poursuivent contre l’enclave palestinienne, ont indiqué les agences de presse. Le gouvernement israélien n’a pas réagi immédiatement à l’annonce d’un cessez-le-feu par le Hamas, qui avait au préalable refusé samedi 26 juillet, une extension de 24 heures de la trêve humanitaire, réclamée par l’ONU, et acceptée par Israël.
Dans un communiqué de presse, le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a expliqué qu’en « réponse à la requête urgente de l’ONU de contrôler la situation de notre peuple avant l’Aïd el-Fitr, les mouvements de la Résistance (palestinienne) ont accepté une trêve humanitaire de 24 heures qui commencera à 14H00 (11H00 GMT) aujourd’hui (dimanche) ». Samedi, le Hamas avait refusé la trêve, exigeant le retrait des soldats israéliens de Gaza où ils sont entrés le 17 juillet, après neuf jours de raids aériens sur l’enclave palestinienne.
Malgré l’accord cette annonce, l’armée israélienne a annoncé la fin de la trêve humanitaire et repris dimanche ses opérations « dans les airs, sur la mer et au sol » à Gaza. Tsahal a décidé de répondre aux tirs de roquettes lancés par le Hamas lors de la trêve humanitaire. Ces opérations ont fait une dizaine de personnes, dans le sud et le nord de la bande de Gaza où plus de 1.060 Palestiniens et près de 6.000 personnes ont été blessés, principalement des civils, sont décédés depuis le début de l’offensive israélienne, appelé « Bordure protectrice » le 8 juillet.

Le conflit va durer quoiqu’il en coûte

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé quelques heures après le cessez-le-feu, le Hamas de violer son propre cessez-le-feu, lors d’interviews sur plusieurs chaînes de télévision américaines. Ce dernier a assuré que le mouvement violait son « propre cessez-le-feu. Dans ces circonstances, Israël fera tout ce qu’il doit faire pour défendre son peuple », a-t-il indiqué sur CNN.
Une occasion pour les autorités israéliennes de continuer les offensives terrestre, aérienne et maritime en territoire palestinien. Ce dernier a expliqué que « l’armée israélienne continuerait ses opérations pour détruire les tunnels du Hamas », refusant de donner plus de détails. Il a indiqué que « nous voulons mettre fin aux tirs de roquettes, c’est certain. Nous voulons démanteler les réseaux de tunnels terroristes. Je ne sais pas si nous aurons un taux de succès de 100% ». Saluant l’initiative égyptienne, Benjamin Netanyahu a souligné que « l’objectif ultime était de démilitariser la bande de Gaza ». Sur la chaîne américaine CBS, le Premier ministre israélien a expliqué « comment démilitariser Gaza ? Si le Hamas est faible et discrédité, alors nous aurons peut-être une chance de travailler avec des forces plus modérées afin de créer un avenir meilleur pour nous tous ».
Face au nombre croissant de morts côté Palestinien, Benjamin Netanyahu a insisté : « Le Hamas est responsable et doit rendre des comptes sur les morts de civils », assurant que « nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir ». Ces déclarations laissent présager un conflit long. Pour l’heure, plus de 1.060 Palestiniens, principalement des civils, ont été tués en 20 jours d’offensive israélienne à Gaza.

Céline Tabou


Kanalreunion.com