Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’UE demande à ses États membres de remettre aux rebelles les avoirs gelés de la Libye

Nouvelle ingérence dans les affaires libyennes

Témoignages.re / 21 juillet 2011

Les Occidentaux passent à l’offensive sur le plan économique, le gouvernement libyen résiste.

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) demande aux États membres de remettre aux rebelles libyens du Conseil national de transition (CNT) les avoirs de la Libye soumis au gel dans l’espace européen, afin de leur permettre de mettre en place leur propre administration, indique un communiqué transmis mardi à la presse à Bruxelles.
Mais le sujet n’a pas manqué de diviser les États membres dont plusieurs estiment qu’il faut à cet égard une décision du Conseil de sécurité de l’ONU, instance qui avait adopté la Résolution 1973 donnant mandat pour l’usage de la force pour instaurer une zone d’exclusion aérienne sur la Libye.
On rappelle que, réuni la semaine dernière à Istanbul, le Groupe de contact international sur la Libye avait reconnu le CNT comme organe gouvernemental légitime de la Libye.
La Libye a rejeté mardi le contenu du communiqué du Conseil des ministres des Affaires de l’Union européenne (UE) ordonnant l’octroi des avoirs libyens au profit du Conseil national de transition (CNT, opposition libyenne à Benghazi).
Le comité populaire général libyen des Relations extérieures et la Coopération internationale a indiqué dans un communiqué publié mardi que la décision européenne est une violation des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies et une ingérence flagrante dans les affaires intérieures du pays.

« Arrêter l’agression et l’OTAN »

Le communiqué dénonce « la politique de l’exagération des médias sur la situation en Libye prise comme prétexte par le Conseil des Affaires étrangères de l’UE pour lancer une campagne politique, militaire et économique contre le paisible peuple libyen, œuvrant à détruire ses capacités civiles et ses infrastructures de base sous prétexte de protéger les civils ».
Le comité a renouvelé le refus catégorique de la Libye et son opposition à toute déclaration de quelconque partie constituant une ingérence dans ses affaires intérieures et déterminant son avenir politique que seul le peuple libyen de par sa propre volonté décide et « non pas des gangs de traîtres et des agents soutenus depuis l’étranger ».
« Si le désir de l’UE est de contribuer réellement à trouver une solution pacifique à la crise en Libye, elle doit œuvrer pour arrêter l’agression et l’OTAN et cesser de viser les civils libyens, ainsi que de soutenir les efforts pour trouver une solution politique par le dialogue entre les fils du peuple libyen loin de la menace, de l’intimidation et des bombardements », souligne le communiqué.


Kanalreunion.com