Moyen-Orient et Afrique du Nord

La Corne de l’Afrique meurt toujours de faim

Témoignages.re / 13 août 2011

Alors que les Somaliens attendent toujours des vivres, la famine se répand dans toute l’Afrique de l’Est, touchant particulièrement la Somalie, l’Éthiopie, le nord du Kenya et Djibouti.

Les Nations Unies ont indiqué qu’aujourd’hui, 12 millions d’habitants ont besoin d’aide à cause de la sécheresse prolongée. Le pays le plus touché est la Somalie, où le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire est passé de 2,4 millions à 3,7 millions au cours des six derniers mois. Le pays connaît des crises et conflits depuis 1991.

La FAO a appelé la communauté internationale à verser rapidement près de 120 millions de dollars d’aide d’urgence agricole, mais selon les chiffres les plus récents de l’ONU, seulement 48% de la somme demandée (2,4 milliards de dollars) a été reçue. Après la réunion du 25 juillet, l’institution internationale a prévu le 18 août une nouvelle réunion, afin de discuter de la situation dans la région, et d’ouvrir la voie à la prochaine Conférence pour les pays de la Corne de l’Afrique.

Risques de propagation du choléra en Somalie

Les Nations Unies ont averti vendredi 12 août qu’une épidémie de choléra avait déjà tué plus de 180 Somaliens depuis le début de l’année, celle-ci pourrait se propager dans le reste du pays en raison des mouvements de population massifs dus à la famine. Selon les chiffres de l’OMS, environ 4.272 cas de diarrhée ont été signalés dans un hôpital de Mogadiscio depuis janvier.

« La préoccupation, c’est que les causes du choléra sont liées à l’eau et aux conditions d’hygiène. Les personnes déplacées et les mouvements de population augmentent le risque de propagation de la maladie, c’est là notre crainte », a déclaré Michael Yao, expert de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), lors d’une conférence de presse.
Parmi les victimes, la moitié était des enfants de moins de deux ans, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, qui indique que cette tranche d’âge est particulièrement vulnérable. Marixie Mercado, porte-parole de l’UNICEF a expliqué que « l’afflux massif de personnes dans Mogadiscio et le nombre croissant de cas de diarrhée aqueuse aiguë dans des zones urbaines surpeuplées exposent à une grave menace de choléra, qui est une maladie mortelle et contagieuse et surtout pour les enfants dénutris ».

Cette dernière a ajouté « en ce moment, il y a environ un demi-million d’enfants en danger de mort s’ils ne reçoivent pas des vivres d’ici quelques semaines ».

Résoudre les « causes profondes » de la famine dans la Corne de l’Afrique

Conséquence de plusieurs facteurs naturels tels que la sécheresse, les catastrophes naturelles ou encore les maladies, la famine est également due à des facteurs humains comme les guerres, l’instabilité sociale, les moyens de production insuffisants, le manque de terre cultivable, ainsi que la spéculation sur les marchés des denrées alimentaires et sur les terres arables.

Dans une interview accordée à l’agence de presse Xinhua, Jacques Diouf, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a appelé le monde à enrayer urgemment "les causes profondes" de la famine due à la sécheresse qui dévaste la Corne de l’Afrique en menant des actions immédiates.

Ce dernier a donné plusieurs clés pour résoudre la situation de catastrophe humanitaire en Somalie, en premier lieu, « nous devons nous assurer que les personnes qui meurent actuellement à cause de la sécheresse obtiennent de la nourriture, de l’eau, un toit et des soins ». Le directeur a par la suite posé le problème de fond qui est le manque d’eau. En Afrique de l’Est, « seul 1% des terres sont irriguées par rapport à 7% en Afrique et 38% en Asie », a-t-il indiqué.

Il préconise d’augmenter l’irrigation dans les villages et assurer la subsistance des locaux, dont 80% dépendent de la production des cultures et de l’élevage. L’organisation de la réunion de haut niveau du 18 août portera sur ces solutions, afin de définir les mesures d’urgence face à l’aggravation de la crise dans la partie orientale du continent.

La réunion devrait permettre « d’identifier des programmes, projets et autres actions concrètes qui devront être déployés par les gouvernements de la Corne de l’Afrique et leurs partenaires humanitaires et de développement pour affronter à la fois les besoins immédiats et les causes sous-jacentes ».


Les Africains solidaires
La famine est aujourd’hui telle que les appels internationaux aux dons se succèdent. Cependant, des associations africaines ont décidé de prendre les choses en main en faisant appel à la solidarité dans au sein du continent. “La Lettre d’Afrique du Monde” a révélé le travail réalisé par des blogueurs kenyans. Ces derniers ont organisé une campagne de solidarité appelée “Kenyans4Kenyans” (“Kenyans pour les Kenyans”), basée sur le Harambee. Il s’agit d’une « assemblée (qui) se réunit pour une collecte dont le nom signifie ‘’tirer ensemble’’ — et par conséquent dans le même sens », a expliqué Jean-Philippe Rémy. A l’aide des réseaux sociaux, les Kenyans se sont mobilisés pour trouver de l’argent afin d’aider à la lutte contre la famine. L’argent sera versé sur un compte ouvert de la Croix Rouge Keynyane, vérifié et contrôlé pour l’achat de denrées alimentaires.


Kanalreunion.com