Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le gouvernement reconnu par Sarkozy estime le cessez-le-feu « pas important »

Après la décision du gouvernement libyen de suivre la décision du Conseil de sécurité

Céline Tabou / 19 mars 2011

A la suite du vote de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, le gouvernement libyen a décrété un cessez-le-feu. Cette offre de paix est refusée par l’opposition qui demande aux va-t-en-guerre d’écraser leurs adversaires sous un tapis de bombes.

Un chef des rebelles libyens, Khalifa Heftir, a déclaré vendredi 18 mars lors d’un point pesse que le cessez-le-feu annoncé par le régime n’était « pas important pour l’opposition ».

L’Union européenne poussée par Nicolas Sarkozy a décidé de se pencher sur le cessez-le-feu annoncé. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a souligné qu’il fallait s’interroger sur la « signification » de cette annonce. « Du point de vue militaire, la question décisive sera pour les planificateurs militaires de décider ce qui devrait être fait, l’enjeu étant bien sûr quelle est la signification de la déclaration sur le cessez-le-feu et la façon dont elle s’imbrique », a déclaré Catherine Ashton. Ne remettant pas en cause la résolution votée à l’ONU, la diplomate a indiqué que l’objectif était de se « concentrer sur là où je pense que nous pouvons réellement apporter une valeur ajoutée : des sanctions économiques, de l’aide humanitaire et à un plus long terme la démocratie profonde et la croissance économique ».

Après le vote, la Chine a exprimé de « sérieuses réserves » sur la résolution qui acte un recours à la force contre les troupes du colonel Mouammar Kadhafi. Celle-ci pourrait ouvrir la voie à des bombardements en Libye, mais le gouvernement libyen a affirmé que le pays était membre des Nations Unies, et a donc décidé de se ranger derrière les décisions du Conseil de sécurité, et surtout ne pas froisser la communauté internationale.

Selon une source citée par Reuters, « l’objectif réaliste est de commencer les opérations dans un délai de 48 heures pour mettre les choses au point avec les pays qui y participeront. Outre la France et le Royaume-Uni, le Qatar, les États-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège ont déjà fait des offres de service pour y participer ». Alors que la participation de la Russie à une opération militaire en Libye est « exclue », a indiqué le chef de l’état-major de l’armée russe, le général Nikolaï Makarov, cité par l’agence Interfax.

Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Un fonctionnaire étatsunien à l’ONU prétend que l’armée de Kadhaffi marche encore sur Benghazi...souvenons-nous de Colin Powell et sa petite fiole d’anthrax !
    Blair a voulu y croire, nos va-t-en-guerre auront sûrement envie d’y croire à leur tour.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Certes l’intervention est très problématique mais Kadhafi est un tyran aux mains pleines de sang et qui ne respectera aucun des droits de ses adversaires ! S’opposer à une intervention armée doit aller avec une condamnation sans équivoque de ce fou !

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • oui bien d’accord pour Kadhfi, mais c’est la façon dont agi l’ONU qui est déplorable ! lorsque israél massacrait plus de 1000 palestiniens civils a gaza l’ONU n’est pas intervenu, lorqu’on massacrait des milliers de victimes dans certains pays africains, l’onu n’est pas intervenu et il y en a bien d’autres, alors sa façon de faire en lybie semble s’appeller PETROLE ! l’ONU est dirigée par les USA , ce sont eux les maitres a penser ! les américains disent non l’onu dit non, les américains disent oui l’onu dit oui ! alors quand on voit ça c’est difficile à avaler ! et aprendre au sérieux cette organisation.

      Article
      Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com