Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le président d’Afrique du Sud à Tripoli la semaine prochaine

Sortir de la crise par la négociation

Témoignages.re / 26 mai 2011

Le président sud-africain, Jacob Zuma, doit se rendre à Tripoli la semaine prochaine pour discuter d’une stratégie de sortie de crise pour Mouammar Kadhafi, en collaboration avec le gouvernement turc.

La chaîne de radio locale, Talk Radio 702, a rapporté mercredi que cette visite en est au stade des préparatifs et qu’elle aura pour objectif de discuter des moyens de permettre à M. Kadhafi de se retirer.
D’après la radio, M. Zuma va se rendre à Tripoli après avoir assisté à l’investiture du président nigérian Goodluck Jonathan, dans la capitale Abuja, le 29 mai.
M. Zuma a conduit une mission de l’Union africaine (UA) à Tripoli, en avril, mais cette tentative de l’UA de mettre fin à la guerre civile en Libye a échoué au bout de quelques heures.
Le porte-parole de M. Zuma n’a pas encore commenté cet échec.
La présidence sud-africaine fait par ailleurs l’objet de vives critiques suite à la confirmation du décès du photographe sud-africain, Anton Hammerl, qui aurait été abattu par les forces gouvernementales libyennes le mois dernier.
Pretoria a invité tous les Libyens à trouver une solution rapide et pacifique à la crise dans leur pays.
Le gouvernement sud-africain a également approuvé la suspension de la Libye du Conseil des Nations Unies des droits de l’homme.


Nouvelle nuit de terreur en Libye

Les avions de chasse de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ont poursuivi, mardi soir, pour la seconde nuit consécutive le bombardement de la capitale libyenne, Tripoli.
La télévision libyenne a indiqué, citant un porte-parole militaire, que les avions de l’OTAN ont mené un raid contre des sites à Tripoli dont un centre de la sécurité populaire locale, faisant plusieurs morts et blessés.
La même source a ajouté que l’OTAN a également ciblé, mardi soir, un centre de communication et un bureau de la poste de la ville de Zlitin, à environ 160 kilomètres est de Tripoli.
Plusieurs autres sites civils et militaires à Tajoura (banlieue Est de Tripoli) et dans la ville de Khoms (120 kilomètres Est de Tripoli) ont été bombardés, mardi en fin de journée, selon un porte-parole militaire qui n’a pas déterminé l’ampleur des dégâts.
La télévision libyenne a diffusé dans la nuit des images terrifiantes des victimes des violents raids qui ont touché, dans la nuit de lundi à mardi, une caserne de la garde populaire en plein centre de la capitale libyenne.
Les images ont montré trois victimes au moins touchées directement à la tête et impossibles à identifier.
Un médecin à l’hôpital central de Tripoli a indiqué que les blessures mortelles ont été provoquées par des débris de missiles.


Kanalreunion.com