Moyen-Orient et Afrique du Nord

Les frappes russes en Syrie inquiètent

L’intervention de la Russie change la donne

@celinetabou / 9 octobre 2015

L’armée syrienne vient de lancer une vaste offensive terrestre, avec l’appui de l’aviation et de la marine russes, une semaine après le début de l’intervention militaire de Moscou. Ces opérations russes sont critiquées par les Occidentaux parce qu’elles viennent soutenir le régime de Bachar Al Assad et permettent à la Russie d’être présente dans la région.

JPEG - 48.9 ko
Photo SPUTNIK. DMITRY VINOGRADOV

Les ministres de l’OTAN, par la voix du secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, Jens Stoltenberg, ont indiqué qu’il y avait une « escalade inquiétante des activités militaires russes » en Syrie et sa région. Une situation inquiétante pour l’Otan, qui tente de maintenir sa présence dans la région.

Les Russes plus efficaces que l’alliance Atlantique

Munie d’un arsenal impressionnant, l’armée russe bombarde massivement les rebelles modérés, des groupes islamistes et djihadistes de Daech, dans le but de préparer une offensive terrestre des soldats du gouvernement Bachar Al Assad, selon l’Agence France Presse.
Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a assuré devant la presse que 112 cibles avaient été touchées depuis le début de la campagne le 30 septembre. Ce chiffre se situe largement au-dessus des 50 frappes par semaine de la coalition menée par les États-Unis.
Une différence qui n’a pas échappé à Faysal Mikdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères. Ce dernier a indiqué à la télévision que « les frappes aériennes russes effectuées au cours de ces quelques derniers jours sont beaucoup plus performantes que les actions de la coalition réalisées depuis plus d’un an ».
Vassili Kachine, expert au Centre d’analyse de stratégie et de tactique, a expliqué à l’AFP que « la campagne américaine a des objectifs plus larges et ambitieux que la campagne russe mais les États-Unis ont énormément de problèmes à trouver un soutien armé » sur le terrain. Ce dernier a assuré que l’armée russe s’engage « uniquement pour soutenir une opération offensive de l’armée syrienne ».

Les ministres de l’OTAN inquiets

Réunis à Bruxelles jeudi 8 octobre, les ministres de l’OTAN ont évoqué conflit en Syrie et le rôle de Moscou dans ce conflit, bien qu’ils aient rappelé que l’alliance « n’est pas directement impliquée en Syrie ».
La présence de la Russie, soutenue par la Syrie et l’Iran, déplait aux Occidentaux qui craignent une présence plus accrue des Russes dans toute la zone méditerranéenne. D’ailleurs, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a indiqué avoir « observé une escalade inquiétante des activités militaires russes. Nous allons analyser les derniers développements et leurs implications pour la sécurité de l’Alliance ».
Mais l’OTAN a déjà annoncé qu’elle se tenait prête à envoyer des troupes en Turquie, pour défendre ce territoire membre contre les possibles menaces pesant sur sa frontière sud. Mardi 6 octobre, deux avions de combat russes ont pénétré l’espace aérien de la Turquie, provoquant une vive réaction de Jens Stoltenberg.
Ne pouvant pas intervenir directement en Syrie et ne parvenant pas à convaincre les autorités russes de ne pas s’impliquer, l’OTAN va renforcer ses moyens de surveillance et de renseignement.
Le prochain sommet de l’organisation, qui se tiendra à Varsovie en 2016, portait sur la présence de la Russie dans les pays d’Europe centrale et orientale, qui aimerait que ce sommet désigne sans ambiguïté la Russie comme l’ennemi principal – voire unique, selon l’AFP.

L’armée syrienne lance son opération

De son côté, le chef d’état-major de l’armée syrienne, Ali Abdallah Ayoub, a indiqué qu’ « après les frappes aériennes russes qui ont diminué la capacité de combat de l’EI et des autres groupes terroristes, les forces armées syriennes ont gardé l’initiative militaire ».
Il a également annoncé que les forces armées syriennes avaient « commencé aujourd’hui (jeudi) une vaste offensive en vue d’écraser les groupes terroristes et libérer les régions et les localités qui ont souffert du terrorisme et de ses crimes ».
Redynamisés par les frappes russes, plusieurs médias ont indiqué que l’armée syrienne et ses alliés ont entamé une vaste opération terrestre dans le nord de la province de Hama aidée par l’aviation russe.
Lors d’une rencontre avec le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, retransmise à la télévision, le président Vladimir Poutine a indiqué que « les opérations de ce genre – antiterroristes – sont compliquées. Et bien sûr, il est encore tôt pour tirer des conclusions, mais ce qui a été fait jusque-là mérite une très bonne appréciation ». Ce dernier a assuré que l’intervention de son armée allait s’intensifier.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Ceux qui ont encouragé, aidé, armé les soi-disant résistants au pouvoir sont responsables de la situation en Syrie ou 4 combattants sur 5 est un étranger . On a détruit , Non ILS (USA Grande-Bretagne principalement avec la France kom porteur bouteille) ont détruits comme cela L’Iraq , La Lybie surtout pour eux le résultat de mettre la main sur les ressources dont principalement le Pétrole.
    Pour le commun des habitants en Syrie la vie était certainement 100, 1000 fois meilleur même avec Assad avec le plein pouvoir. Alors Les Russes peuvent aider à cela ! Tant mieux !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com