Moyen-Orient et Afrique du Nord

Libye : 40 morts dans trois attentats à la voiture piégée

Aggravation de la crise

Témoignages.re / 21 février 2015

Quelque 40 personnes ont péri et 70 autres ont été blessées dans les explosions de trois voitures piégées qui ont secoué vendredi la ville de al-Ghouba, à l’Est de la Libye en proie à une vague de violences, ont annoncé des sources de sécurité.

Trois explosions simultanées ont ciblé le siège de la direction de la sécurité dans la ville, le siège de la municipalité et une station de carburant près de la maison de Aguila Saleh, président de la Chambre des représentants (Parlement), ont précisé ces mêmes sources.

Selon les mêmes sources, les morts et les blessés ont été évacués vers l’hôpital de la ville de Beidha. Le bilan de cette attaque est susceptible d’augmenter, souligne-t-on. Un précédent bilan faisait état de 30 morts et 30 blessés admis par cet hôpital qui fait face à une pénurie de sang, selon des responsables qui ont lancé un appel au don de sang.

Le président du Parlement, Aguila Saleh, a annoncé un deuil d’une semaine, évoquant la possibilité que ces attentats soient une vengeance aux frappes menées dernièrement par l’Egypte contre des positions de Daech (Etat islamique) en représailles contre la décapitation de 21 coptes égyptiens.

L’Egypte a vivement condamné cette série d’attaques terroristes qui ont secoué la ville de al-Ghouba, a indiqué le porte-parole du ministère égyptiens des Affaires étrangères, Badr Abdelati, qui a présenté les condoléances de son pays au gouvernement légitime et au peuple libyen ainsi qu’aux familles des victimes.

Les villes libyennes de la région orientale, où le gouvernement intérimaire et le parlement élu se sont installés, ont été récemment le théâtre d’attentats similaires faisant de nombreuses victimes.

La Libye est en proie à une recrudescence de violences depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, en raison de la prolifération des armes et des dizaines de milices armées qui font la loi sur le terrain ainsi que l’émergence d’organisations terroristes se réclamant de l’Islam radical telles al-Qaïda et Daech (Etat islamique).

Cette situation est aggravée par une crise politique qui a entraîné un bicéphalisme à la tête de l’Etat avec deux Parlements et deux Gouvernements les uns à l’Ouest et les autres à l’Est, reconnus par la communauté internationale.


Kanalreunion.com