Moyen-Orient et Afrique du Nord

Libye : la guerre lancée par Sarkozy s’enlise

Après le retrait des USA, celui de la Belgique

Témoignages.re / 9 avril 2011

Plus de trois semaines après le début des bombardements aériens, la guerre s’enlise. Les USA ont annoncé le retrait de leurs avions, ce qui ampute la coalition montée par Sarkozy de près de la moitié de ces moyens. La Belgique se retire également. Quant aux insurgés, ils ne progressent plus.

« Il est peu probable que les rebelles libyens parviennent à lancer un assaut sur Tripoli pour renverser le colonel Mouammar Kadhafi » : tel est la position du commandant en chef de l’armée US en Afrique, le général Carter Ham, devant le Sénat à Washington. Cette prise de position fait suite à l’annonce par le gouvernement américain du retrait de ses avions des opérations de bombardement. De 205 avions, la coalition ne peut donc plus compter que sur 105 appareils, soit une hémorragie de 50% des moyens du fait de la décision US. De plus, Washington compte également désengager ces moyens maritimes.
Les observateurs estiment que la décision américaine, qui a coïncidé avec l’impasse dans laquelle se trouvent les combats en Libye, reflète clairement l’état de doute qui s’est installé chez les responsables de l’administration du président Obama à propos « des capacités et de la nature de l’action de l’opposition libyenne ».
Le nombre des navires de guerre américains participant à cette campagne contre la Libye a été effectivement réduit à neuf navires en comparaison aux 11 bâtiments de guerre engagés au début de l’opération militaire.
Selon des responsables militaires américains, il est prévu que le nombre des navires se réduise davantage au cours des prochains jours.
Le Pentagone indique que les Etats-Unis ont participé, avec 90 bombardiers, à la campagne militaire contre la Libye qui a débuté le soir du 19 mars dernier.

Un autre pays de l’OTAN vient d’annoncer qu’il imite les Etats-Unis, il s’agit de la Belgique (voir encadré). Pendant ce temps, l’Afrique du Sud appelle à un cessez-le-feu immédiat.
Trois semaines après la premier bombardement lancé sur ordre du président de la République par des avions français, la guerre s’enlise.


Kadhafi correspond avec Obama

Mouammar Kadhafi a envoyé un message au président américain, Barack Obama, annonce à Tripoli une source officielle, sans toutefois donner des détails sur le contenu de ce message.
L’Agence de presse libyenne (JANA) s’est contentée de signaler que ce message survient à la suite « du retrait des Etats-Unis de la coalition occidentale militaire contre la Libye ». Officiellement, le gouvernement US a rejeté la demande formulée dans cette lettre, c’est à dire l’arrêt des bombardements.


La Belgique se retire des opérations
La Belgique a décidé de suspendre sa participation aux raids aériens sur la Libye à cause de la multiplication de leurs dégâts collatéraux, a déclaré le ministre belge de la Défense, Pieter de Crem.
S’exprimant devant la presse, il a affirmé que la tactique adoptée par les forces armées libyennes fidèles à Mouammar Kadhafi pousse son pays à être plus réservé sur les frappes.
Au cours du point de presse hebdomadaire, le contre-amiral Russel Hardind a reconnu vendredi que les avions de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ont pris les insurgés pour cibles parce qu’ils alignent des chars contre l’armée libyenne.


L’Afrique du Sud demande l’arrêt immédiat des attaques contre la Libye

L’Afrique du Sud a réaffirmé dimanche son opposition au conflit en Libye, appelant à un cessez-le-feu « immédiat » et à la fin des attaques contre les civils, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Zizi Kodwa.
Réagissant à une critique d’un journal zimbabwéen selon laquelle l’Afrique du Sud doit s’aligner sur la position de l’Union africaine (UA) et non sur celle des Nations unies, il a rappelé que son pays avait des liens historiques forts avec la Libye forgés durant la lutte contre l’apartheid.
« C’est pour cette raison que nous estimons que la Résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU ne doit pas être trahie et doit être appliquée dans la lettre et l’esprit pour protéger les civils libyens et non pour faire avancer d’autres objectifs », a affirmé M. Kodwa.



Kanalreunion.com