Moyen-Orient et Afrique du Nord

Libye : le port pétrolier de Brega fermé

Les crises se succèdent depuis l’intervention de l’OTAN

Témoignages.re / 14 juillet 2014

Depuis l’intervention de l’OTAN pour renverser le gouvernement dirigé par Kadhafi, la Libye est la proie d’une guerre civile. Le nouveau pouvoir ne contrôle pas le pays, notamment les installations pétrolières suscitant la convoitise des Occidentaux. Dernier exemple : le blocus du port de Brega, lieu d’exportation du pétrole libyen.

Des protestataires ont bloqué samedi le port pétrolier de Brega (est), menaçant d’une nouvelle crise pétrolière après l’espoir suscité par la fin du blocus des principaux ports pétroliers qui a duré plus de dix mois.

"Des protestataires ont bloqué samedi le port pétrolier de Brega", a annoncé le porte-parole de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (Noc), Mohamed al-Harairi, précisant que la Société étatique Syrte de pétrole sera contrainte d’arrêter la production de 43.000 b/j si le mouvement se poursuit.

Les ports de Ras Lanouf et d’al-Sedra dans l’Est sont revenus dernièrement dans le giron de l’Etat libyen après avoir été aux mains de groupes armés pendant plus de dix mois.

D’ex-gardes pétroliers bloquaient depuis juillet 2013 les terminaux pétroliers de l’Est du pays pour protester contre la vente du brut sans unités de mesure. Ils ont par la suite transformé leur mouvement pour réclamer l’autonomie de la Cyrénaïque (est). Mais un accord a permis de lever dans une première phase le blocus de deux ports, al-Harrigua et Zueitina, avant ceux de Ras Lanouf et al-Sedra.

La production de la Libye, quatrième producteur africain de pétrole (1,6 million de barils) avant la révolution qui a renversé en 2011 le régime de Mouammar Kadhafi, avait retrouvé en 2012 un niveau de 1,5 million b/j avant de chuter à moins de 200.000 b/j après la fermeture des terminaux pétroliers, rappelle-ton.

La production nationale de pétrole atteint actuellement 350.000 barils par jour après la reprise de la production du champs pétrolier d’al-Charara (sud) d’une capacité de 340.000 b/j, souligne-ton.


Kanalreunion.com