Moyen-Orient et Afrique du Nord

Mobilisation contre la violence de la répression

Poursuite du Printemps arabe en Égypte

Témoignages.re / 24 novembre 2011

Human Rights Watch (HRW) a invité le Bureau du Procureur de la République en Égypte à mener une « enquête transparente » sur l’usage de la force contre les manifestants dans le pays et l’implication de l’armée dans ces abus.

Cet appel a été lancé après que le Ministère de la Santé égyptien ait annoncé que les affrontements entre les manifestants anti-armée et les forces de sécurité ont fait au moins 28 morts et plus de 1.700 blessés parmi les protestataires à la date de mardi.
Le groupe de défense des droits de l’Homme, basé à New York, a indiqué dans un communiqué que les dirigeants militaires en Égypte devaient immédiatement ordonner à la Police anti-émeute d’arrêter l’usage excessif de la force contre les manifestants et réduire sa présence dans les quartiers aux alentours de la Place Tahrir, au Caire, où les manifestants ont convergé, à un niveau permettant le maintien de la sécurité tout en autorisant les rassemblements.
HRW cite des témoins qui ont raconté que la Police intérimaire et l’armée avaient tiré à balles réelles et avec des balles en caoutchouc sur la foule, battu les manifestants et fait un usage excessif de la force lors des manifestations qui ont démarré au Caire le 19 novembre.
« A une semaine des élections législatives, le pouvoir militaire risque d’être confronté à une grave crise de confiance en raison de sa gestion de la transition », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice pour le Proche-Orient de HRW, citée par le communiqué.
« Il n’a pas encore tiré la principale leçon du soulèvement du mois de janvier : à savoir que les Égyptiens ont et savent qu’ils ont le droit de manifester pacifiquement, dont une répression avec une force brutale ne peut les priver », a-t-elle soutenu.

Inquiétude de l’Union africaine

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine s’est déclaré profondément préoccupé par les développements de ces derniers jours en Égypte, où des manifestations contre l’armée ont fait plus d’une vingtaine de morts et des centaines de blessés.

Dans un communiqué repris par l’agence de presse égyptienne MENA, l’organe de l’UA a déclaré déplorer les pertes en vies humaines durant ces manifestations, les plus importantes depuis la révolution du 25 janvier qui a renversé le gouvernement d’Hosni Moubarak.


Kanalreunion.com