Moyen-Orient et Afrique du Nord

Peu à peu, la vérité vient au grand jour

Afghanistan

Témoignages.re / 5 décembre 2009

Peu à peu, la vérité vient au grand jour

Aujourd’hui, voici ce dont media et chefs d’État conviennent enfin :
1 – Hamid KarzaÏ est un corrompu qui a partie liée avec les chefs du sud — pachtouns comme lui — et qui s’enrichissent grâce à la drogue, au nombre desquel Gulbuddin Hekmatyar ;
2 – Les plus hautes autorités militaires et le vice-ministre de la défense Allemands ont bel et bien, le 4 septembre 2009, commis ou couvert un terrible crime de guerre contre des civils en les qualifiant de « talibans » ;
3 – Hamid Karzaï ne doit sa réélection qu’à une fraude massive aussitôt couverte par l’UE et les USA ;
4 – Hamid Karzaï aurait sciemment laissé ses alliés dans l’ignorance des desseins de son allié objectif, Gulbuddin Hekmatyar, le 18 août 2008, 10 jeunes soldats français combattant pour soutenir le gouvernement afghan y ont laissé la vie ;
5 – Des parents de jeunes ainsi sacrifiés ont publiquement dénoncé, lundi 30 novembre 2009, la « véritable mission suicide » qui a coûté la vie à leurs enfants du fait d’une impréparation coupable. On a envoyé ces jeunes, dont Anthony Rivière, dans la région tenue par Gulbuddin Hekmatyar, l’allié d’Hamid KarzaÏ. Or, quelques mois auparavant, « la pacification » de cette région avait été confiée à l’armée italienne, laquelle, informée des liens entre Hekmatar et Karzaï, s’était refusée à exposer ses soldats. Or, selon les parents plaignants, le commandement français en Afghanistan savait cela et c’est ce qui lui est reproché : avoir envoyé des jeunes, insuffisamment préparés, sans tenir compte de l’extraordinaire dangerosité de la mission. Danger découlant du double-jeu du président afghan ;
6 – Dans une interview parue dans le Figaro(1), Hamid Karzaï s’est moqué des remontrances des USA en ces termes : « je ne serai pas une marionnette des États-Unis ».
7 - Mercredi 2 novembre 2009, Hillary Clinton fait publiquement état de sa « véritable inquiétude face à l’influence de responsables corrompus au sein du gouvernement afghan ». « Nous avons de véritables inquiétudes face à l’influence de responsables corrompus au sein du gouvernement afghan, et nous continuerons à les poursuivre ». Au même moment, la présidence des USA par la voix de Robert Gibbs, son porte-parole menaçait le président Hamid Karzaï en ces termes : « Si le président Karzaï n’est ni en mesure, ni prêt à modifier son attitude vis-à-vis de la corruption et de la façon de gouverner le pays, alors nous collaborerons avec des gens qui travaillent à des niveaux inférieurs à celui du gouvernement et qui sont capables de répondre, sans être corrompus, aux attentes des Afghans ».

Tels sont les responsables afghans pour les trafics desquels on sacrifie tant de vies humaines.
Plus que jamais il nous faut interroger l’opinion ainsi :
« Et nous devrions nous taire et ne pas dénoncer les raisons inavouables pour lesquelles des vies afghanes, européennes, réunionnaises sont sacrifiées ? 

Cette guerre n’est qu’une aventure prédatrice, un gaspillage de vies. 
Sortir du bourbier afghan est notre seul devoir.
Cette guerre n’est pas la nôtre !
Cette guerre nous déshonore(2) ».

 Jean Saint-Marc 

1 – “Le Figaro” – 07 /09/2009
2 – Le 09/09/2009, évoquant le communiqué du PCR, le “JIR” lui reprochait de porter atteinte au moral des troupes. Le PCR, pour « sauvegarder » le moral des troupes, devrait-il se taire et les laisser aller à la mort inutilement ?
Enfin, si “Témoignages” et le PCR, dès le début de cette guerre, ont été capable de montrer son inanité et les raisons essentiellement mercantiles de cette entreprise, est-ce grâce à un don de double-vue ou bien par l’analyse de toutes les données qui sont publiques ou qu’il est possible, en faisant son métier de journaliste, de se procurer ?
Se taire, comme préfèrent le faire certains, c’est être complice d’une sale guerre où meurent des milliers de personnes pour du gaz, du pétrole et des montagnes d’opium et certainement pas pour contrer « le terrorisme ».


Sortir du bourbier afghan : cette guerre n’est pas la nôtre !

Dans un communiqué diffusé le 8 septembre 2009 à la presse, le Parti communiste réunionnais (PCR) rappelle les raisons de la guerre en Afghanistan. Des raisons qu’il ne faut pas taire, car elles sont à l’origine du sacrifice de milliers de vie.

Une nouvelle fois, à un an d’intervalle à peine, après le sacrifice d’Anthony Rivière, La Réunion pleure la mort d’un autre de ses enfants, Johan Naguin. 

À ses parents, son épouse, son fils, ainsi qu’à toute sa famille et à ses camarades du 3ème RIMA, nous disons que nous partageons leur douleur et leur désespoir face à un deuil aussi brutal. 

Quelques jours avant ce nouveau deuil, le 25 août dernier, nous déclarions : « il y a eu des guerres où l’on a sacrifié des milliers de jeunes vies généreuses en sachant, dès le départ, que ces sacrifices seraient vains.

Et nous ne pouvons taire notre colère face à l’inanité de cette guerre en Afghanistan qui n’ose dire son nom. Cette guerre n’a atteint aucun des buts que les États-Unis lui avaient assignés » (1).
Comment ne partagerions-nous pas la douleur de cette famille qui espérait tant le retour d’un fils, d’un mari, d’un père ? Comment ne pas ressentir, toujours plus forte, cette colère face à l’inanité de cette aventure guerrière dont tout le monde sait — avec plus de certitude aujourd’hui qu’il y a un an — qu’il est impossible d’en sortir vainqueurs ?

Qui ne se rend compte aujourd’hui de la réalité des buts de cette guerre ?

Sous prétexte de priver le terrorisme de ses sources de financement — la drogue —, une puissante coalition, rangée sous la bannière états-unienne, est entrée dans ce pays en novembre 2001. 

À La Réunion, l’ensemble des Réunionnais s’était mobilisé, toutes confessions religieuses, tous partis politiques rassemblés, pour dire « Non à la guerre ».

Huit ans plus tard, après des milliers de morts civils et militaires, des milliards de dollars mobilisés pour déployer l’armement le plus sophistiqué de la planète et défaire des “bandes rebelles” armées de kalachnikovs et de lance-roquettes, où en sommes-nous ?
Les villes sont encerclées par le “Talibans”, les Afghans aspirent tout à la fois à la paix, la sécurité et au départ des troupes d’occupation. Le président Hamid Karzaï a tant déçu les espérances placées en lui en 2004 qu’il ne devra sa réélection qu’à une gigantesque fraude électorale cautionnée par les pays occupants.

Pour les besoins de son marchandage électoral, M. Karzaï pactise avec des chefs de guerre tel M. Gulbuddin Hekmatyar (2) qui a revendiqué la responsabilité de l’embuscade de Surobi du 18 août 2008 dans laquelle sont tombés 10 soldats français (3).
Quant aux ressources terroristes liées au trafic de drogue, voyons ce qu’il en est. En 2004, 30.000 hectares plantés en pavot. En 2008, 105.000 hectares — tous en région pachtoune (4) —fournissant 92% de la production mondiale d’opium. Le 3 septembre 2009, selon l’ONU, les superficies cultivées en pavot représentent 123.000 hectares ! Et l’ONU s’inquiète ainsi que « des stocks d’opium à hauteur de 10.000 tonnes — suffisamment pour satisfaire deux ans de demande sous la forme d’héroïne — existent quelque part ».

4 septembre 2009, le bombardement de 2 camions citernes tue une centaine d’Afghans. 5 septembre 2009, le ministre des Affaires étrangères, M. Kouchner, déclare : « Les talibans offrent 50 dollars par famille, ce qui permet de vivre un mois entier, alors que nous payons seulement la moitié. Bien sûr que nous devons payer plus (5) », nous informant ainsi qu’aux yeux des belligérants, les Afghans sont devenus une simple marchandise achetable et exterminable à merci.

Et nous devrions nous taire et ne pas dénoncer les raisons inavouables pour lesquelles des vies afghanes, européennes, réunionnaises sont sacrifiées ? 

Cette guerre n’est qu’une aventure prédatrice, un gaspillage de vies. 
Sortir du bourbier afghan est notre seul devoir.
Cette guerre n’est pas la nôtre !
Cette guerre nous déshonore.
Bureau de Presse du PCR

Notes
1 – Aux côtés des États-Unis sont engagés d’autres pays, dont Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Croatie, Danemark, Espagne, France, Italie, Japon, Lituanie, Norvège, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Suède.
2 – 12 gouverneurs sur 34 et 6 ministres appartiennent au Hezb-e-Islami, le parti de Hekmatyar.
3 – 10 soldats au nombre desquels le jeune Anthony Rivière.
4 – Le Orésident Hamid Karzaï est un pachtoune.
5 – Bernard Kouchner – déclaration à l’AFP et Reuters.


Kanalreunion.com