Moyen-Orient et Afrique du Nord

Vers la reconnaissance de la Palestine

Céline Tabou / 27 juillet 2011

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, soutenu par la grande majorité des différentes factions palestiniennes a annoncé la décision de demander l’adhésion à l’ONU d’un État de Palestine. Ce dernier a indiqué que les Palestiniens étaient « contraints » de demander à l’ONU cette adhésion à cause du refus d’Israël d’arrêter la colonisation et de négocier sur la base des frontières de 1967.

« Une reconnaissance de l’ONU changerait la donne, parce que nous serions sur une base légale de la construction de l’État palestinien. C’est-à-dire une reconnaissance par la plus haute instance internationale qui est l’ONU et notre admission comme État membre au sein des instances des Nations unies, de ses agences. Ce qui nous ouvre aussi des perspectives en termes d’instruments légaux et politiques pour continuer à apporter les revendications du peuple palestinien » a répondu Majed Bamya, diplomate à la Délégation générale de la Palestine auprès de l’Union européenne, à Valérie Rohard, à propos du débat au Conseil de sécurité de l’ONU à New York sur la reconnaissance de la Palestine comme État membre.

Les responsables palestiniens ont précisé qu’à l’ONU, ils ne proclameraient pas unilatéralement un État, comme ils l’avaient fait à Alger en 1988, et qu’ils envisagent de contourner un veto des États-Unis au Conseil de sécurité à une adhésion d’un État de Palestine. « Ce que l’on peut obtenir de l’Assemblée générale, c’est une résolution qui élèvera notre statut à l’ONU d’observateur à État non membre », a déclaré le négociateur palestinien Saëb Erakat.

La lutte de tout un peuple

Marwan Barghouthi, figure du soulèvement palestinien emprisonnée en Israël, a appelé de sa prison, à des manifestations de masse en septembre pour soutenir la demande d’adhésion d’un État de Palestine à l’ONU.

« Remporter la bataille de septembre prochain, qui est un pas important dans notre lutte, exige les plus grandes manifestations populaires et pacifiques ici et dans la diaspora, dans les pays arabes et musulmans et les capitales internationales, a écrit Marwan Barghouthi de la prison israélienne de Hadarim.
Secrétaire général du Fatah en Cisjordanie, il a été considéré comme l’instigateur de la deuxième Intifada des années 2000, il a appelé à « la mobilisation de toutes les énergies de notre peuple et l’implication de tous dans cette bataille ».

Soutien de l’Union européenne

L’Union européenne devrait soutenir la demande en septembre prochain, en insistant sur la nécessité pour la Palestine indépendante de négocier avec Israël sur la base des paramètres reconnus internationalement. En effet, en dépit des demandes faites par les responsables politiques palestiniens, ces derniers ont tenu à préciser qu’ils ne souhaitaient pas arrêter les négociations avec Israël.

Selon le quotidien "Le Monde", une majorité des états membres a reconnu l’État palestinien, cependant une reconnaissance par l’Union européenne aurait plus de poids. L’Europe a déjà soutenu les efforts de libération et reconnaissance des Palestiniens, les Européens ont également reconnu qu’ils ont construit un système de gouvernance cohérent et qu’ils ont coopéré avec Israël sur les questions de sécurité.

D’ailleurs, en 2009, l’Autorité palestinienne a défini une période de deux ans au cours de laquelle elle entendait achever le processus de construction des institutions du futur État palestinien. À cette époque, l’Union européenne avait encouragé et soutenu cet effort en apportant son assistance financière et technique et en exprimant son appui politique à cet objectif.

CT


Kanalreunion.com