Nouvelles d’Afrique

9 millions de dollars pour CleanStar Mozambique

Mozambique

Témoignages.re / 19 septembre 2012

Le Soros Economic Development Fund et l’IFU investissent des millions dans un projet de sécurité alimentaire et de cuisine hygiénique en Afrique.

Afin d’améliorer la sécurité alimentaire en Afrique et mettre fin aux ravages humains et environnementaux associés à la cuisson des repas au charbon de bois à l’intérieur des habitations, le fonds Soros de développement économique (Soros Economic Development Fund - SEDF) et le fonds d’industrialisation des pays en voie de développement (Industrialisation Fund for Developing Countries - IFU) ont annoncé aujourd’hui un investissement de presque 9 millions $ dans CleanStar Mozambique. Cet investissement initial sera potentiellement suivi par d’autres investissements ultérieurs dans le cadre d’une expansion potentielle panafricaine.

Il s’agit du troisième tour de financement pour CleanStar Mozambique qui bénéficie aussi du soutien de CleanStar Ventures, de Novozymes, d’ICM, et de Bank of America Merrill Lynch. Le SEDF devient le plus important investisseur dans le projet de CleanStar Mozambique, d’une valeur de 20 millions, avec une contribution de 6 millions $. IFU investira environ 3 millions $.

« CleanStar Mozambique a trouvé un moyen commercial et adaptable pour atténuer la pauvreté en Afrique », déclare Stewart Paperin, président du SEDF. « Ce projet génère des emplois, augmente la sécurité alimentaire et possède d’importants avantages du point de vue de l’environnement. Nous sommes favorables à l’expansion rentable de cette activité de remplacement de charbon de bois dans des douzaines de pays à l’échelle du continent. »

Compte tenu des 10 milliards $ dépensés annuellement dans la cuisine au charbon de bois à l’échelle d’un continent à urbanisation rapide, le modèle commercial de CleanStar est probablement envisageable dans plus 40 agglomérations africaines majeures.

Le nouvel investissement va aboutir à la création de 1000 emplois nouveaux au Mozambique, d’ici à la fin 2014, et va permettre d’améliorer considérablement les revenus des petits exploitants agricoles. CleanStar Mozambique pourra soutenir 2000 exploitations agricoles familiales afin d’augmenter la production de récoltes alimentaires courantes et nutritives et d’excédents de manioc, utilisé pour fabriquer du carburant de cuisine à base d’éthanol.

Cet investissement va aussi permettre à la société d’étendre son infrastructure de distribution et de vente au détail de carburant de cuisine avec, pour objectif, 80 000 clients d’ici à la fin 2014. Chaque cuisinière à éthanol va générer des réductions nettes d’émissions de gaz à effet de serre d’environ huit tonnes d’équivalent CO2 par an, comparé à une cuisinière traditionnelle au charbon de bois. À son échelle, cette activité va réduire de façon significative les émissions nocives qui contribuent au changement climatique.

« Notre équipe a vu ce concept devenir un projet concret en une durée record », déclare Finn Jonck, directeur général d’IFU. « Nous sommes ravis d’y être associés. »

Un modèle commercial unique

CleanStar Mozambique est une entreprise intégrée de produits alimentaires, d’énergie et de protection de la forêt qui s’associe avec les agriculteurs pour la production de récoltes variées et leur transformation en produits alimentaires et carburants de cuisine commercialisables dans les marchés locaux.

CleanStar Mozambique aide ses agriculteurs partenaires à passer d’une activité de culture sur brûlis de subsistance à une « agriculture de conservation » permettant de produire des surplus agricoles durables et de dynamiser les revenus. La société met à la disposition des agriculteurs des matériaux de plantation améliorés et offre une assistance technique. Elle achète ensuite tous les produits alimentaires qui ne sont pas consommés par les familles elles-mêmes, par l’intermédiaire de centres agricoles ruraux situés aux alentours du premier site de traitement intégré de la société, à Dondo.

L’excédent de manioc est converti en carburant de cuisine basé sur l’éthanol, en farine et en nourriture pour volailles, tandis que les excédents de haricots, de sorgho, de légumes à cosse et de soja sont transformés en produits alimentaires et conditionnés pour la vente dans les villes du Mozambique.

Chaque bouteille de carburant de cuisine utilisé dans Maputo produit plus de revenus et de nourriture pour les agriculteurs du Mozambique et ralentit la déforestation due à l’utilisation du charbon de bois. Graduellement, ce flux constant de revenus va renforcer les moyens d’existence en milieu rural et participer au rétablissement des paysages dégradés

Le carburant de cuisine est mis en bouteille et vendu avec des cuisinières modernes, dans les foyers à revenus modestes de Maputo, par l’intermédiaire du propre réseau de magasins de la société. Le carburant de cuisine de CleanStar est une alternative plus propre, rapide et sûre que le charbon de bois et son prix est fixé pour être concurrentiel dans les milieux urbains. Le prix du charbon de bois a doublé à Maputo au cours de ces trois dernières années et les foyers dépensent désormais un dollar par jour pour un carburant qui demande beaucoup de temps pour être allumé et utilisé. La cuisine en intérieur avec du charbon de bois est aussi particulièrement nocive pour la santé des personnes exposées aux fumées toxiques, qui sont la plupart du temps des femmes et des enfants.

Cercle d’investisseurs

Fondée en 2010 par CleanStar Ventures, la société mozambicaine a attiré un nombre croissant d’investisseurs, originaires du monde entier. La société danoise Novozymes a investi dans l’entreprise au stade préliminaire du concept à la mi-2010 et a été rapidement rejointe par ICM des États-Unis.

En novembre 2011, Bank of America Merrill est devenu un partenaire carbone stratégique à travers une transaction innovante qui a obtenu le prix « Bioenergy Finance Deal of the Year » décerné par le magazine Environmental Finance ainsi qu’une citation spéciale dans la catégorie « Sustainable Investment of the Year » du Financial Times.

Commentant le troisième tour de financement, Greg Murray, président de CleanStar Mozambique a commenté : « Le niveau d’intérêt manifesté par la communauté des investisseurs à impact était très important. Au cours du processus, il est devenu clair que SEDF et IFU apportent le bon mélange de vision, de valeurs et de moyens, dont notre projet a besoin pour passer à la vitesse supérieure tout en restant fidèle à sa mission. »

« Nous avons accompli beaucoup de choses avec CleanStar depuis le premier investissement de Novozymes au Mozambique en 2010 », ajoute de son côté Thomas Nagy, vice-président exécutif de Novozymes. « Nous avons désormais une entreprise intégrée de produits alimentaires et de biocarburants, générant des améliorations durables au niveau de la santé et de la nutrition des familles, des revenus ruraux et de l’environnement, grâce à une méthode qui séduit les investisseurs professionnels aux ressources financières importantes. »

NEW YORK, 19 septembre 2012 /PRNewswire via African Press Organization (APO)/

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2012/...


Kanalreunion.com