Nouvelles d’Afrique

Cameroun : mobilisation pour les réfugiés

Plan d’aide présenté par le gouvernement et l’ONU

Témoignages.re / 25 janvier 2016

Le gouvernement du Cameroun a lancé aujourd’hui avec les Nations Unies et les partenaires humanitaires le plan de réponse humanitaire 2016 pour le Cameroun. Par la même occasion, les plans d’intervention régionaux 2016 pour les réfugiés nigérians et centrafricains ont également été présentés. Le même jour, le pays était victime de quatre attentats suicides.

Le plan de réponse humanitaire 2016 pour le Cameroun vise à mobiliser 282 millions de dollars US pour fournir une protection et une assistance à 1,1 million de personnes affectées par la triple crise que connait le pays. L’intensification des violences qui continuent de sévir dans le nord-est du Nigéria, les raids transfrontaliers et les attentats-suicides au Cameroun ont causé l’arrivée de plus de 70 000 réfugiés nigérians et forcé 124 000 camerounais à fuir leurs foyers dans l’Extrême-Nord. De plus, l’accroissement conséquent en 2015 de la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire, à la malnutrition et aux épidémies ont été aggravées par les inondations et les sécheresses récurrentes. Enfin, le conflit en cours en République centrafricaine a déplacé des milliers de réfugiés dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord.

2,4 millions de personnes en insécurité alimentaire

« Il s’agit, avec ce plan, d’apporter une réponse aux problématiques de déplacements massifs des réfugiés nigérians et des camerounais, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition, aux défis de la protection des civils et de contribuer à un meilleur accès aux services essentiels tels que la santé, l’éducation, l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Ces femmes, ces hommes, ces enfants aspirent comme nous tous à avoir la chance d’accéder à un avenir meilleur et plus sûr, pour eux-mêmes et leurs familles. », a déclaré Najat Rochdi, Coordonnateur Humanitaire pour le Cameroun.

En 2016, autour de 2,4 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire au Cameroun. La région de l’Extrême-Nord concentre 55 pourcent des besoins humanitaires du pays, soit près de 1,5 million de personnes. Dans cette région, 2,2 pourcent des enfants souffrent de malnutrition aigüe sévère, dépassant ainsi le seuil d’urgence de 2 pourcent.

« La montée des besoins humanitaires au Cameroun est le symptôme le plus visible des effets combinés de l’insécurité croissante, du changement climatique et de la pauvreté extrême qui affectent la région », a souligné Toby Lanzer, Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel. « Les familles les plus pauvres sont les plus durement touchées, et malgré cela, elles font preuve d’une solidarité exemplaire en accueillant des milliers de leurs pairs déplacés. La communauté internationale doit renforcer son soutien à court et à long terme, égaler la générosité du peuple camerounais et de son Gouvernement et assurer la stabilité de la région. »

Des centaines de milliers de réfugiés

Les deux plans d’intervention régionaux 2016 visent à mobiliser 346 millions de dollars pour plus de 476 000 réfugiés centrafricains et plus de 289 000 personnes parmi les communautés hôtes au Cameroun, au Tchad, en République du Congo et en République démocratique du Congo, mais aussi, 200 millions de dollars US pour 230 000 réfugiés nigérians et près de 285 000 personnes vulnérables parmi les communautés hôtes au Cameroun, au Niger et au Tchad. A travers ces deux plans de réponses, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) vise à couvrir les besoins prioritaires en matière de protection et services de base et d’améliorer les conditions de vies des réfugiés et des communautés hôtes.

« Il s’agit d’une part de subvenir aux besoins des réfugiés vulnérables, et d’autre part, de promouvoir leur autosuffisance. Nous ne pourrons atteindre cet objectif sans une collaboration étroite entre les pays d’asile : le Cameroun, le Niger, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Tchad, et les partenaires humanitaires et au développement » a déclaré Liz Ahua, Coordonnatrice régionale du HCR pour les réfugiés de la République Centrafricaine et du Nigéria.

Voir en ligne : http://www.africa-newsroom.com/pres...


Kanalreunion.com