Nouvelles d’Afrique

La CEA pour un nouveau discours sur les perspectives de développement de l’Afrique

Commission économique de l’Afrique

Témoignages.re / 25 mai 2013

« Tout comme nos ancêtres ont jeté les bases de notre la dignité et nous ont libéré de l’oppression, nous avons la responsabilité collective de mettre en place des fondements solides pour la prospérité des générations présentes et futures ». La déclaration a été faite aujourd’hui par M. Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, à la vingt-troisième session ordinaire du Conseil de l’Union africaine exploitation moyennant 22 au 23 mai avant l’arrivée des Chefs d’État et de gouvernement attendus ce week-end.

Tout en reconnaissant les progrès accomplis par le continent au cours des 50 dernières ans, il a exhorté le Conseil à ne pas se laisser emporter par le positif évaluations provenant du monde extérieur.

« Il est essentiel pour l’Afrique de rappeler ses enjeux historiques, de comprendre son contexte actuel et à s’efforcer de contrôler le récit de son perspectives de développement ", a-t-il dit, et a souligné la nécessité d’entreprendre notre propre analyse franche, de générer des statistiques robustes et cultivés atteindre notre propre conclusions sur les orientations futures pour le continent et tirer les leçons de histoire et d’ailleurs pour construire propre programme de transformation de l’Afrique.

Il a également dit que ce n’est pas un hasard si en raison de l’accent mis désormais placé sur la transformation structurelle, "nous avons maintenant une Afrique croissant, plus confiant et jouer un rôle plus important sur l’économie mondiale scène. "" En d’autres termes, nous sommes à l’aube d’une renaissance africaine ».

Le Secrétaire exécutif a souligné certaines questions stratégiques clés pour l’attention du Conseil et qu’il a souligné, doit être abordée dans le but pour réaliser la transformation structurelle du continent : la nature des relations de l’Afrique avec la communauté internationale et la nécessité d’être débarrasser des perceptions négatives.

Sur les relations avec la communauté internationale, M. Lopes a appelé à davantage de partenariats profitables pour renforcer la transformation structurelle du continent. "Cela signifie une meilleure négociation des contrats. Cela signifie que la capacité pour attirer les capitaux en dissipant les mythes et l’incompréhension des conditions dans le continent. Cela signifie dire assez quand toute entreprise n’est pas en faveur de l’Afrique. Cela signifie d’abord l’Afrique ", a-t-il dit.

En ce qui concerne les perceptions négatives, il a dit que l’Afrique a besoin d’être hors radar en ce qui concerne les conflits - "qu’il s’agisse interétatiques, les guerres civiles et insurrections, le terrorisme, la piraterie, etc. "Il a dit que certains de ces questions de conflits et de gouvernance continuent de définir l’Afrique dans les yeux de l’ monde extérieur, mais l’Afrique pourrait être « pas pire que les autres régions telles cas. "

"Cela signifie une meilleure gouvernance à tous les niveaux. Cela signifie que nous devons endiguer les flux financiers illicites et d’assurer une gouvernance participative ».

Il a informé le Conseil que les Africains ne doivent pas laisser ces perception négative collent plus et que les Africains doivent "prendre le contrôle de la narration

sur ce continent et nous ne pouvons pas continuer à compter sur la sagesse reçue ».

Sur l’apprentissage de l’histoire et d’ailleurs, il a appelé à une construction de son propre programme de transformation de l’Afrique. « Si nous sommes conscients de cela, alors il devient évident que l’Etat a un rôle important à apporter au développement ", a déclaré Lopes, soulignant que c’est avec notamment . S’agissant de la politique industrielle, la fourniture d’infrastructures, la bonne gestion des ressources naturelles ainsi que la recherche et le développement.

Il a également noté que de venir avec un tout englobant et réalisables vision, le projet de l’Union africaine en Afrique 2063 de la CEA et de la Banque africaine de développement (BAD) apportent leur soutien mérite énergie consacrée de tout le monde, y compris les gouvernements, le secteur privé, la société civile, les femmes et des groupes de jeunes.

M. Lopes a attiré des intellectuels et des pionniers de panafricansim comme Marcus Garvey, W.E.B. DuBois et George Padmore, Mwalimu Julius Nyerere et reconnu leur rôle dans les idéaux panafricains qui ont conduit à la promotion de l’unité du continent et la création de l’OUA en tant que politique de manifestation de ce noble objectif, et a rappelé Patrice Lumumba affirmation, « l’Afrique écrira sa propre histoire et à la fois au nord et au sud, ce sera une histoire de gloire et de dignité ».

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 23 mai 2013/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2013/...


Kanalreunion.com