Nouvelles d’Afrique

La couverture des zones dangereuses : le journalisme comme consolidateur de la paix

Formation pour les journalistes

Témoignages.re / 23 octobre 2012

Du 10 au 15 décembre à Addis-Abeba en Ethiopie, Le Centre Africain de Formation pour la Paix et la Sécurité (ACPST), l’Institut d’études de sécurité (ISS) et la Direction de l’information et de la communication (DIC) de l’Union africaine (UA) organisent une formation intitulée "La couverture des zones dangereuses : le journalisme comme consolidateur de la paix". Date limite de dépôt des candidatures : 31 octobre, 2012. Voici sa description :

La couverture des zones dangereuses : le journalisme comme consolidateur de la paix

Le Centre Africain de Formation pour la Paix et la Sécurité (ACPST) de l’Institut d’études de sécurité (ISS). L’ACPST a pour mandat le renforcement des capacités des professionnels dans la conception et la mise en œuvre de politiques visant à améliorer la sécurité humaine en Afrique, cela principalement à travers des formations et des ateliers de courte durée. www.issafrica.org/acpst

La Direction de l’information et de la communication (DIC) de l’Union africaine (UA) a pour principal mission d’informer le public, africain en particulier, à propos des activités de l’UA visant à « bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale ». Cette mission repose largement sur la qualité des liens entre l’UA et les acteurs du paysage médiatique africain, ceux à qui revient la responsabilité de conter au reste du monde le récit des événements qui se déroulent sur le continent. Afin de contribuer à consolider cette collaboration avec les médias, la DIC souhaite reconfirmer son action de promotion de la liberté d’expression et l’accès à l’information dans le respect de l’éthique et de la déontologie tout en prenant en compte la sécurité et la sureté des professionnels de l’information. www.au.int

Description du Cours : Les journalistes réalisant des reportages sur des zones dangereuses en proie à de violents conflits, au terrorisme, aux crimes transnationaux, etc. sont confrontés à de nombreux défis. Ces défis sont liés à la réalisation d’un travail excellent et éthique dans des terrains difficiles. Toutefois, travailler dans de telles zones offre aux journalistes la possibilité de contribuer de façon significative à la reconstruction de ces sociétés. Cela permet également d’offrir une vision et une perspective africaines des événements qui se déroulent sur le continent.

1) La qualité des reportages sur les zones dangereuses : Quels sont les meilleurs moyens pour réaliser des travaux d’enquête dans et sur les zones dangereuses ? Comment faire pour couvrir de telles zones tout en accordant une attention particulière aux groupes marginalisés et opprimés qui n’ont pas toujours la capacité d’attirer suffisamment l’attention sur leurs situations ? Qu’apporte la sensibilité aux groupes marginaux à la qualité générale du journalisme sur les zones dangereuses ?

2) L’éthique du reportage dans et sur les zones dangereuses : Comment peut-on protéger les personnes et autres sources d’information dans les zones dangereuses ? Pourquoi et comment obtenir un consentement préalable, informé et volontaire de la part des populations vulnérables et autres sources d’information ?

3) Le journalisme, acteur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits : Que signifie le journalisme en tant qu’acteur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits ? Quels sont les dangers posés par le journalisme à la paix et à la sécurité humaine ? Par quels moyens pratiques l’exercice du journalisme peut-il être transformé en outil de consolidation de la paix ?

4) Comment survivre dans les zones dangereuses ? : Quels sont les équipements les mieux adaptés au travail dans les zones dangereuses ? Comment sécuriser sa vie et ses équipements lors de reportages dans les zones dangereuses ?

Objectifs du cours : Le but de ce cours est d’améliorer la compréhension des participants sur la nature des conflits et les menaces qui sévissent sur le continent africain. Cette connaissance est particulièrement importante dans la mesure où elle permet d’assurer une plus profonde et une meilleure couverture des zones dangereuses. Le cours développera aussi les compétences éthiques et qualitatives du travail, contribuant ainsi à la consolidation de la paix dans les zones dangereuses. Enfin, il aidera les participants à créer des réseaux pour le partage de connaissances et d’informations relatives à la couverture médiatique des zones dangereuses.

Participants : Les journalistes qui réalisent ou souhaitent réaliser des reportages sur les zones dangereuses en Afrique sont invités à présenter leur candidature. De même, la candidature des professionnels dont les fonctions impliquent la collaboration avec des organismes spécialisés dans la sécurité et la sureté des journalistes dans les zones dangereuses est vivement encouragée.

Langue de travail : Le cours se déroulera en langue française uniquement. Il est donc indispensable que les participants aient un très bon niveau de français.

Prérequis : La délivrance du certificat à la fin du cours est soumise à une complète assiduité et participation aux séances.

Coût et Financement : Le Centre Africain de Formation pour la Paix et la Sécurité accordera une subvention à certains participants, couvrant les frais de déplacements, d’hébergement et de scolarité. Les subventions se feront en fonction de la situation financière et la motivation du candidat. Le déjeuner sera offert à tous les participants pendant la durée du cours.

Comment postuler : Merci de transmettre une lettre de motivation et un CV incluant vos coordonnées et celles d’une référence à Mme Samrawit Tsegaye, stsegaye@issafrica.org avant le 1 novembre 2012, avec la mention « Reportages » dans l’objet du courriel. Les candidatures ne portant pas cette mention en objet ne seront pas prises en compte. Les candidatures sont enregistrées au fur et à mesure qu’elles arrivent. Il est par conséquent, il est vivement conseillé de postuler au plus vite car le cours pourrait être complet avant la date limite.

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 23 octobre 2012/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2012/...


Kanalreunion.com