Nouvelles d’Afrique

La directrice du PAM et le Haut commissaire aux réfugiés au Soudan du Sud et en Ethiopie

Droits humains

africanpressorganization / 2 avril 2014

Alarmés par l’impact de la violence qui se déroule au Sud Soudan, les directeurs du Programme Alimentaire Mondial et du Haut-Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies (HCR), sont arrivés lundi pour une visite conjointe de deux jours afin de rencontrer les personnes affectées par le conflit et afin de se rendre compte de la réponse et des besoins engendrés par cette crise humanitaire.

JUBA, Soudan du Sud, 31 mars 2014/African Press Organization (APO)

Plus de 800.000 personnes sont déplacées au Sud Soudan par le conflit qui a éclaté le 15 décembre 2013. Ce chiffre inclut 68 000 personnes qui ont trouvé refuge sur les bases des opérations de maintien de la paix des Nations Unies. 254 000 réfugiés ont traversé la frontière vers les pays voisins dans l’espoir de trouver un refuge et de la nourriture. A ces chiffres s’ajoutent quelque 220 000 réfugiés du Soudan hébergés au Soudan du Sud dans des camps proches des zones de conflit.

La Directrice Exécutive du PAM, Ertharin Cousin, et le Haut-Commissaire pour les Réfugiés, António Guterres, passeront deux jours au Sud Soudan afin de rencontrer les personnes déplacées, les partenaires des Nations Unies, et les autorités locales, avant de traverser la frontière pour rencontrer quelques-uns des 80 000 réfugiés en Ethiopie.

« Cela brise le cœur de voir que les mêmes personnes qui ont fui la guerre il y a de cela deux décennies, rentrées au Sud Soudan après l’indépendance, doivent fuir à nouveau, et nombreux sont ceux qui retournent au même endroit que durant leur précédent exil. » a déclaré M. Guterres, soulignant que 40 000 personnes ont traversé la frontière avec le Soudan pour fuir les récents combats.

L’accès humanitaire aux réfugiés, aux déplacés internes et aux autres populations vulnérables est de plus en plus difficile à cause de la poursuite des conflits et du déplacement des lignes de combat. Les deux directeurs des agences des Nations Unies sont préoccupés par le nombre de personnes coupées de toute forme d’aide et par l’interruption des activités agricoles causée par la violence.

« Le déplacement à grande échelle des populations et la perturbation des marchés sont en passe de créer une crise de sécurité alimentaire » a déclaré Mme Cousin. « La population a besoin d’une aide vitale. Les travailleurs humanitaires ont besoin de deux choses : un accès sûr aux personnes dans le besoin et des fonds pour procurer cette aide – nourriture, abris, vaccins, soins médicaux, et autres. Plusieurs pays ont généreusement contribué, mais au niveau actuel de financement, nous ne sommes capables de couvrir qu’une partie des besoins. »

En 100 jours, depuis le début du conflit, plus d’un demi-million de personnes ont reçu une aide alimentaire, mais la poursuite du conflit, combinée avec le début de la saison des pluies, a rendu l’accès aux personnes dans le besoin plus difficile. Les efforts d’assistance ont également été entravés par le manque de fonds.

Un Appel Inter-Agences, sous la houlette du HCR, requiert plus de 370 millions de dollars USD pour financer l’aide aux réfugiés en Ethiopie, au Kenya, en République du Soudan, et en Ouganda. Au Sud Soudan, le PAM fait face à un déficit de 224 millions de dollars USD pour les six prochains moins, alors que les partenaires humanitaires requièrent 42 millions de dollars USD pour financer les abris et l’aide non alimentaire.

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2014/...


Kanalreunion.com