Nouvelles d’Afrique

La FAO et l’INRA luttent contre les effets du changement climatique sur l’agriculture

Atelier de restitution du Projet « MOSAICC »

africanpressorganization / 1er décembre 2016

Hier matin à Rabat au Maroc, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA) ont organisé un atelier de restitution des résultats du projet démarré en 2011 au Maroc. Il est à rappeler que le Maroc a été le premier pays à compléter avec succès le développement de ce système unique au monde, parmi de nombreux autres pays en Afrique, en Asie ou en Amérique Latine.

JPEG - 38.6 ko

Monsieur Mohamed Badraoui, Directeur de l’INRA, a déclaré que le projet de la collaboration fructueuse et de longue date avec la FAO a permis de quantifier de façon fine les évolutions futures du climat du Maroc et ses implications sur le secteur agricole, dans sa définition la plus large, incluant les ressources en eau et forestières. Cette collaboration repose sur la volonté de différentes institutions de travailler en commun et qui ont dédié à cet effet leurs experts. A cet effet, il a tenu à rendre hommage à ces institutions qui sont à la Direction de la Météorologie Nationale, la Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau, la Direction de la Stratégie et des Statistiques, le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, l’École Nationale Forestière des Ingénieurs et les sept Agences de Bassins Hydrauliques.

Monsieur Michael George Hage Représentant de la FAO au Maroc a pour sa part souligné que « les résultats de ce projet ont été le fruit d’un long processus de concertation et de consultations ».

Il a ajouté que l’engagement ferme de la FAO et son souhait que les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les agences des Nations Unies et les autres partenaires nationaux et internationaux, œuvrent avec un élan redoublé pour l’évaluation de l’impact climatique afin d’alléger ses effets et ses conséquences sur notre planète.

Le projet a permis ainsi de renforcer la capacité du Maroc à évaluer la vulnérabilité de différents secteurs économiques au changement climatique afin de mieux planifier les mesures d’adaptation nécessaires. L’expérience acquise au Maroc pourrait être reproduite dans de nombreux autres pays souffrant actuellement du changement climatique ou qui le seront à l’avenir.

Les résultats obtenus montrent que le changement climatique entraînerait une diminution des précipitations et une augmentation des températures sur presque l’ensemble du Maroc vers la fin du siècle, avec des conséquences importantes sur les rendements agricoles, les ressources en eau et forestières. En effet, les précipitations diminueraient de 17 à 20% vers la période 2040-2069. En revanche, durant la saison des pluies, d’octobre à avril, les diminutions atteindraient entre 23% et 34%. Parallèlement, les températures maximales augmenteraient sur tout le pays, de 1,9°C à 3,4°C, alors que les températures minimales augmenteraient quant à elles de + 2,1°C à + 3,2°C, vers la période 2040-2069.