Nouvelles d’Afrique

La République démocratique du Congo doit protéger le docteur Denis Mukwege après une violente attaque

Rape and Gender Violence in Conflict

Témoignages.re / 27 octobre 2012

La Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit lance un appel urgent au gouvernement de la République démocratique du Congo pour qu’il assure la protection du docteur Denis Mukwege après une violente attaque et tentative d’assassinat à son domicile à Bukavu.

JPEG - 362.5 ko

Le docteur Mukwege est un chirurgien de renommée mondiale, directeur de l’hôpital de Panzi dans la province du Sud Kivu dans l’Est du Congo. La clinique a traité plus de 30 0000 survivantes de violences sexuelles.

Physicians for Human Rights, qui est membre de cette campagne, a signalé qu’aujourd’hui, quatre hommes armés ont pénétré au domicile du docteur Mukwege, en son absence, et ont tenu plusieurs membres de sa famille sous la menace de leurs armes. À son arrivée, ils l’ont sorti de force de sa voiture, abattant un garde de sécurité qui essayait d’intervenir. Le docteur Mukwege a réussi à esquiver les balles que les hommes armés ont tirées dans sa direction avant de s’enfuir dans sa voiture, laquelle a été retrouvée abandonnée peu de temps après.

La lauréate du prix Nobel de la paix Leymah Gbowee a déclaré : « le Docteur Mukwege incarne la force des femmes congolaises qui ne cèdent jamais face à cette violence gratuite. Je m’associe à la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit, et à d’autres, pour appeler la République démocratique du Congo à traduire les auteurs de cette attaque devant la justice. »

La Campagne exprime ses condoléances à la famille de Joseph Bizmana, le garde qui a été tué au cours de l’attaque. Nous craignons pour la sécurité et le bien-être du docteur Denis Mukwege et de sa famille. Nous sommes en outre très inquiets à l’idée que cette tentative d’assassinat puisse avoir un lien avec les activités du docteur Mukwege qui, en septembre, a soutenu le plaidoyer pour la Campagne à l’ONU où il a mis en lumière la montée des viols et de la violence fondée sur le genre dans l’Est du Congo.

Lors d’un évènement co-organisé par la Campagne, et auquel ont assisté des représentants du gouvernement et des Nations Unies ainsi que les lauréates du prix Nobel de la paix Leymah Gbowee et Jody Williams, le docteur Mukwege avait déclaré : « Cette année encore, j’opère des femmes dont les organes génitaux ont été détruits par le viol et autres atrocités. De nombreuses femmes arrivent à peine à s’en sortir, et le viol continue. La saison des pluies va bientôt arriver au Nord Kivu, et la vulnérabilité des femmes s’accroît. » Il avait terminé en appelant à une « action urgente pour arrêter les personnes responsables de ces crimes contre l’humanité et les traduire devant la justice. »

Jody Williams a constaté que « au lieu de tenir compte de son appel, la réponse a été un violent acte de lâcheté perpétré par ceux à qui ses vérités font peur. »

Le docteur Mukwege est membre fondateur du Comité consultatif de la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit qui a été lancée dans le courant de cette année pour coordonner l’action visant à mettre l’accent sur les taux élevés de violence liée au genre qui prévalent à travers le monde.

Susannah Sirkin, Directrice adjointe de Physicians for Human Rights a observé que « des milliers de femmes et filles congolaises mises en danger suite à des actes de violences sexuelles ont dû dépendre du docteur Mukwege pour leur vie et leur bien-être. » Physicians for Human Rights a récemment mené un atelier de formation à l’hôpital de Panzi, où l’association dispose d’un bureau.

« La tentative d’assassinat sur le docteur Mukwege et le meurtre de son garde de sécurité soulignent une fois encore le caractère gravissime de la situation dans l’Est du Congo. L’un des plus grands hommes au monde a failli être assassiné ce soir. Nous ne pouvons pas laisser cela continuer » s’est indignée Eve Ensler, auteure dramatique, fondatrice de V-Day et membre de la Campagne.

La Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit appelle le gouvernement de la République démocratique du Congo à prendre des mesures immédiates pour protéger le docteur Mukwege et sa famille. Elle appelle par ailleurs la communauté internationale à exprimer sa solidarité avec notre extraordinaire allié.

La Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit


http://www.stoprapeinconflict.org

La Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit (http://www.stoprapeinconflict.org) est pilotée par les lauréates du prix Nobel de la paix au sein de la Nobel Women’s Initiative et un Comité consultatif comprenant 25 organisations qui œuvrent au niveau international, régional et local pour mettre fin au viol.

Depuis son lancement en mai 2012, plus de 600 organisations de toutes les parties du monde l’ont rejoint. La Campagne demande de toute urgence un leadership politique courageux pour prévenir les viols en situation de conflit et pour protéger les civils et les survivantes des viols, elle appelle à la justice pour tous, notamment à de véritables poursuites judiciaires à l’encontre des responsables. http://www.stoprapeinconflict.org

Twitter : https://twitter.com/#!/StopRapeCmpgn

Facebook : https://www.facebook.com/StopRapeInConflict

KINSHASA, République démocratique du Congo (RDC), 27 octobre 2012/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2012/...


Kanalreunion.com