Nouvelles d’Afrique

La société civile demande une amélioration des efforts pour mettre fin aux actions de la LRA

Témoignages.re / 10 octobre 2013

Les leaders de la société civile de l’ensemble des différents pays affectés par la problématique de la LRA, ainsi que de l’Europe et des Etats Unis se sont rencontrés à Bruxelles et ont publié une déclaration commune pour rappeler l’urgence de réaliser des actions concrètes qui mettront fin aux atrocités commises par la LRA et ainsi apporter un soutien aux populations concernées par ces exactions. C’était la première fois qu’un meeting de cette envergure se déroulait depuis les 27 ans que dure ce conflit .

« La problématique de la LRA reste un enjeu crucial dans la région » selon Mgr. Marcel Utembi, l’archevêque de Kisangani, membre de la société civile. « Afin de surmonter cette crise, nous avons besoin de mettre en place une action coordonnée des différents acteurs de la région tout en augmentant notre support aux organisations locales qui viennent en aide aux personnes les plus affectés par les actions de la LRA ».

La déclaration commune résultant de ces journées de travail, reconnait et encourage les progrès observés à ce jour en matière de réduction de l’impact des attaques de la LRA au cours des récentes années. Les préoccupations du groupe de travail, ont également concernés l’augmentation des tueries en République Centrafricaine, pays au sein duquel l’instabilité politique a augmenté l’impact de la LRA. Plus de 400.000 personnes sont à ce jour toujours déplacées en raison de la crainte des attaques brutales et imprévisibles de la LRA.

« Bien que la LRA peut sembler un problème décroissante et bien que la situation générale en Afrique centrale mérites toute l’attention possible, nous devrions certainement pas oublier le problème de la LRA » souligne Joost van Puijenbroek de IKV Pax Christi basé aux Pays Bas. « Nous devons poursuivre et renforcer les stratégies en place telles que celles de l’UA, l’ONU et les Etats-Unis pour répondre à cette problématique. Si nous diminuons nos efforts maintenant, nous donnons à la LRA l’espace dont il a besoin pour se reconstituer » insiste Joost van Puijenbroek. « Les Souffrances extrêmes de la population, risquent de s’intensifier et tous les efforts réalisés jusqu’à maintenant risquent d’être vains. L’Union Européenne devrait accroitre son soutien financier et politique pour renforcer les stratégies existantes » conclut Joost van Puijenbroek.

Après cette rencontre, les membres de la société civile des pays concernés par la LRA ont présenté leurs conclusions devant le Parlement européen, des représentants de l’Union Européenne, des Nations Unies et de l’Union Africaine ainsi que des journalistes, des universitaires et des représentants d’autres organisations internationales.

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 8 octobre 2013/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2013/...


Kanalreunion.com