Nouvelles d’Afrique

« Lauréats d’un prix Nobel, militants des leaders africains : appuyez la Cour pénale internationale »

Droits humains

Témoignages.re / 11 octobre 2013

Dans une lettre publiée aujourd’hui, la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit, incluant l’archevêque Desmond Tutu et six autres lauréats d’un prix Nobel, a demandé aux membres de l’Union africaine (UA) d’appuyer la Cour pénale internationale et d’en faire l’outil essentiel pour combattre le viol et d’autres formes de violence sexuelle.

JPEG - 362.5 ko

Les leaders africains se réunissent à Addis-Abeba (Éthiopie), les 11 et 12 octobre, pour un sommet extraordinaire de l’UA. On s’attend à ce que les États membres examinent une proposition de retrait commun de la Cour pénale internationale et du traité qui l’a créée, le Statut de Rome.

« Mettre fin à la violence sexuelle en situation de conflit doit être une priorité majeure de tous les États membres de l’UA », de dire Leymah Gbowee, lauréate d’un prix Nobel de la paix et coprésidente de la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit. « Une décision de se retirer de la Cour pénale internationale sera une très mauvaise nouvelle pour les survivantes qui demandent justice et une très bonne nouvelle pour les violeurs qui espèrent échapper à la justice pour leurs crimes. »

La nouvelle que certains États africains membres de la Cour pénale internationale pourraient considérer la possibilité de se retirer du Statut de Rome a alarmé les militantes et militants qui travaillent à mettre fin à la violence sexuelle en situation de conflit en Afrique et partout dans le monde.

« Ceci pourrait représenter un pas en arrière dans la lutte contre l’impunité pour des crimes contre l’humanité, particulièrement les viols en temps de guerre », a dit le Dr Denis Mukwege, fondateur et directeur médical de l’Hôpital de Panzi en République démocratique du Congo (RDC), et un membre du Comité consultatif de la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit. « Sans réelle justice, il n’y aura pas de paix durable pour l’Afrique ou le reste du monde. »

Dans leur lettre, les membres de la Campagne mentionnent le rôle primordial que la Cour pénale internationale joue pour assurer la justice aux survivantes de viol : « En temps que tribunal de dernier recours, la Cour pénale internationale représente souvent, pour les survivantes, la seule possibilité d’avoir accès à la justice... Les procès de la Cour pénale internationale sont de puissants symboles de justice, ils envoient un message clair, et ce, même aux personnes occupant les plus hauts rangs du pouvoir, qu’elles ne s’en tireront pas en utilisant le viol comme arme de guerre. »

La Sonke Gender Justice de l’Afrique du Sud, une organisation membre de la Campagne, demande à la présidente de l’UA et politicienne d’expérience de l’Afrique du Sud, la Dre Nkosazana Dlamini Zuma, de se servir de sa position pour obtenir du soutien en faveur de la Cour pénale internationale.

« L’Afrique du Sud a longtemps été un ardent défenseur de la Cour pénale internationale », a dit le directeur de Sonke Gender Justice, Dean Peacock. « Nous demanderons à notre gouvernement d’utiliser son influence à l’UA pour s’assurer que les droits de la personne sont renforcés. »

Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit


La Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit est dirigée par les lauréates d’un prix Nobel de la paix de la Nobel Women’s Initiative et un comité consultatif composé de 25 organisations qui travaillent aux niveaux international, régional et communautaire pour mettre fin aux viols.

La Campagne, composée de plus de 600 organisations de partout dans le monde, demande un leadership politique urgent et audacieux afin de prévenir les viols en situation de conflit et de protéger les civils et les survivantes de viols, et demande la justice pour toutes et pour tous, y compris la poursuite efficace des personnes responsables.

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 10 octobre 2013/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2013/...


Kanalreunion.com