Nouvelles d’Afrique

Législatives au Mali : commentaire de la CEDEAO

Elections

Témoignages.re / 17 décembre 2013

Pour la seconde fois en trois semaines, les Maliens se sont rendus aux urnes dimanche 15 décembre 2013 pour élire les députés à l’Assemblée nationale à la suite du premier tour du 24 novembre à l’issue duquel aucune liste de partis, de coalitions ou d’indépendants n’avait obtenu la majorité absolue des 147 sièges en jeu.

Après avoir suivi le déroulement du scrutin dans plusieurs centres de vote des communes du district de Bamako, le chef de la mission d’observation électorale de la CEDEAO, le Pr Amos Sawyer, a invité les partis politiques, les électeurs, le gouvernement et la société civile à œuvrer pour conforter la communauté internationale dans son élan de bonne volonté et de solidarité afin de garantir le bon déroulement du processus électoral pour mieux boucler la période de transition dans le pays.

Le Pr Sawyer et sa délégation de 50 observateurs ont visité des bureaux de vote à Hamdallaye, en Commune IV, à la mairie du district de Bamako, en Commune II, et à Banankabougou, en Commune VI, parmi d’autres.

S’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse après la fermeture des bureaux de vote lors du premier tour, il avait expliqué qu’à l’instar de beaucoup de pays en développement, le Mali connaît « de nets progrès dans le processus de démocratisation », ajoutant que la formation des électeurs doit être renforcée et suivie à travers des réformes sérieuses pour renforcer la démocratie et la bonne gouvernance.

Pour afficher son optimisme sur l’augmentation du taux de participation après un lent démarrage dimanche, un agent électoral a assuré le chef de la mission de la CEDEAO que 55 de 494 électeurs inscrits au bureau de vote N°14 de Banankabougou avaient déjà voté à 12h45.

Exprimant le même sentiment, un autre agent électoral, Mme Bintou Kouyaté de Hamdallaye, a estimé que le taux de participation (qui affichait moins de 10 votants sur 481 inscrits à 8h10) devrait s’améliorer, car après avoir fait face à leurs obligations familiales (préparation du repas, linge, etc.), les femmes devraient sortir voter massivement.

Cependant, le chef de la mission d’observation de la CEDEAO et sa délégation ont constaté que seulement 65 des 481 électeurs avaient accompli leur devoir civique au bureau N°24 de Hamdallaye, Commune IV, à la clôture du scrutin à 18heures. Selon des tendances partielles, il ressort que la liste de la coalition Yelama/Adema a obtenu 37 voix, contre 25 pour la liste RPM (parti au pouvoir). Il y avait trois bulletins nuls.

A la différence du premier tour, qui devait enregistrer la participation de 6,5 million d’électeurs dans 55 circonscriptions électorales et plus de 12.000 centres de vote, on devrait s’attendre, pour ce second tour, à 5,9 millions d’électeurs dans 10.000 centres et 45 bureaux de vote dans ce pays de 16,9 million d’habitants.

Le chef de la mission d’observation de la CEDEAO, dont les membres étaient déployés dans les différentes régions du pays et le district de Bamako, devrait présenter lundi une déclaration liminaire sur le scrutin de dimanche.

Le Pr Sawyer avait aussi dirigé une forte délégation de 100 observateurs de la CEDEAO lors du premier tour des élections législatives du 24 novembre, qui avait enregistré un taux de participation de 38,4%. Quatre des députés élus dès le premier tour sont de Kidal, une région secouée par les terroristes et les bandes armées.

Ces élections législatives sont consécutives au scrutin présidentiel de juillet/août 2013, qui s’était déroulé de façon conforme aux standards internationaux.

ABUJA, Nigeria, 17 décembre 2013/African Press Organization (APO)

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2013/...


Kanalreunion.com