Nouvelles d’Afrique

Les évêques de Madagascar reçus par le Pape François

Le pape regrette la perte du mode de vie propre à la culture malgache

africanpressorganization / 28 mars 2014

Le Pape François a reçu ce vendredi matin en audience les évêques de Madagascar ayant achevé leur visite Ad Limina, les remerciant d’abord pour leur courageux et persévérant travail d’évangélisation. Dans le texte qu’il leur a remis, il rappelle que le pays traverse depuis plusieurs années une période difficile, et qu’il connaît de graves difficultés socio-économiques :

VATICAN, Saint-Siège, 28 mars 2014/African Press Organization (APO)

“Vous avez exhorté l’ensemble de la société à se reprendre en vue de construire un avenir nouveau. Je ne peux que vous encourager à prendre toute la place qui est la vôtre dans ce travail de reconstruction, dans le respect des droits et des devoirs de chacun. Et il est important que vous mainteniez des relations constructives avec les Autorités de votre pays. La recherche de l’unité, de la justice et de la paix vous incombe pour mieux servir votre peuple, en refusant toute implication dans des querelles politiques au détriment du bien commun… Dans cette perspective, je veux saluer l’engagement irremplaçable de vos diocèses dans les œuvres sociales. En effet, il y a une connexion intime entre évangélisation et promotion humaine… Je vous encourage donc à persévérer dans l’attention que vous portez aux pauvres, en soutenant, matériellement et spirituellement, tous ceux qui s’y consacrent, en particulier les congrégations religieuses que je remercie de grand cœur pour leur dévouement et pour le témoignage authentique qu’elles rendent à l’amour du Christ pour tous les hommes. Je vous invite aussi à interpeller sans crainte l’ensemble de la société malgache, et en particulier se s responsables, sur la question de la pauvreté, qui est due en grande partie à la corruption et à un manque d’attention au bien commun”.

“L’éducation est aussi pour vous un sujet d’efforts considérables… Il convient aussi de faire en sorte que le plus grand nombre possible d’enfants, y compris des familles les plus modestes, puisse être scolarisé, alors qu’en raison des difficultés économiques beaucoup de parents n’en ont plus les moyens”. Il faut qu’une “présence chrétienne puisse être assurée dans les établissements publics. Puissent les chrétiens engagés dans le monde de l’éducation contribuer à former aux valeurs évangéliques et humaines les jeunes générations qui seront aussi les cadres de la société à venir”. Rappelant le message des évêque de Madagascar pour la clôture de l’Année de la foi, le Saint-Père a regretté la perte du mode de vie propre à la culture malgache, qui favorise l’harmonie et la solidarité : “Les valeurs que le Créateur a insufflées dans votre culture doivent continuer à être transmises en les illuminant de l’intérieur par le message évangélique. Ainsi la dignité de la personne humaine, la culture de la paix, du dialogue et de la réconciliation pourront retrouver toute leur place dans la société en vue d’un avenir meilleur”. Puis il a abordé le thèse de la famille, encourageant ses hôtes à persévérer dans leur programme de formation à la vie et à l’amour, “même si cela semble aller à contre courant de la mentalité actuelle. La préparation au mariage doit, autant qu’il est possible, être approfondie. Alors que de nombreuses menaces pèsent sur” elle, la famille a “besoin d’être protégée et défendue, pour qu’elle rende à la société le service qu’elle attend d’elle, c’est-à-dire lui donner des hommes et des femmes capables d’édifier un tissu social de paix et d’harmonie”.

Face aux nouveaux défis des rapports inter-religieux il apparaît urgent, a-t-il dit, “de développer, et même parfois d’initier, un dialogue lucide et constructif, afin de garder la paix entre communautés et de favoriser le bien commun”. Il ne faut “jamais douter du dynamisme de l’Evangile ni de sa capacité à convertir les cœurs au Christ ressuscité… Pour cela il est nécessaire que la foi dont témoignent les chrétiens soit vécue au quotidien. La vie doit être en cohérence avec la foi pour que le témoignage soit crédible… Cette invitation s’adresse d’abord au clergé et aux personnes consacrées. Le sacerdoce comme la vie consacrée ne sont pas des moyens d’ascension sociale, mais un service de Dieu et des hommes. Une attention toute particulière doit être portée au discernement des vocations sacerdotales et religieuses aussi bien dans les diocèses que dans les divers Instituts de vie consacrée. La chasteté et l’obéissance sont à considérer avec très grande estime… Il en va de même pour le rapport aux biens temporels et à la prudence dans leur gestion. Le contre témoignage en ce domaine est particulièrement désastreux en raison du scandale qu’il provoque, en particulier face à une population qui vit dans le dénuement”.

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2014/...


Kanalreunion.com