Nouvelles d’Afrique

Solidarité avec les victimes de Haruna à Madagascar

Action contre la faim

Témoignages.re / 26 février 2013

Le sud-ouest de l’île de Madagascar vient de vivre plusieurs jours de pluies torrentielles et le passage dévastateur du cyclone Haruna. La population vulnérable et peu préparée à une telle catastrophe a été touchée de plein fouet et vit depuis une situation de grande détresse. Les équipes d’ACF mènent actuellement une intervention d’urgence pour répondre le plus rapidement possible aux besoins vitaux en eau potable des sinistrés.

PARIS, France, 25 février 2013/African Press Organization (APO)

Premier cyclone de la saison à atterrir sur la Grande Ile, Haruna et les pluies intenses qui l’ont accompagné, ont été destructeurs et meurtriers. On compte des dizaines de milliers de sinistrés. Des rafales de vent pouvant atteindre 200 km/heure et les inondations causées par les pluies torrentielles, la montée de la mer et la rupture d’une digue au nord de Tuléar, ont été particulièrement destructeurs dans cette ville et sa commune rurale. Les dégâts sont également élevés dans le district de Morombe et dans celui de Betioky Atsimo.

L’impact du cyclone sur les populations est d’autant plus important que la région du sud-ouest n’est pas familière des cyclones violents, en comparaison avec la côte est. Les habitants y sont donc moins bien préparés. « Des familles ont pu fuir à temps en abandonnant tous leurs biens ; d’autres se sont réfugiées sur les toits de leur maison qui menaçait de s’écrouler » explique Sophie Cazade, Directrice de la mission Madagascar d’ACF.

Les équipes d’urgence ont quitté Paris ce week-end pour venir en renfort de celles déjà présentes dans le pays. Les victimes n’ont souvent plus d’eau potable et la plupart d’entre elles ont vu leurs biens emportés par les flots. L’une des urgences, pour Action contre la Faim, est donc de leur apporter rapidement une eau traitée, afin d’éviter l’apparition de maladies. C’est pourquoi l’organisation est en train d’envoyer en urgence à Madagascar des stocks prépositionnés en prévision de ce type de catastrophes, notamment des stations de traitement de l’eau, des « bladders » (réservoirs permettant des distributions d’eau), des pompes, du chlore.

Voir en ligne : http://appablog.wordpress.com/2013/...


Kanalreunion.com