Pays émergents

11 millions de personnes menacées par la famine

Appel à la solidarité de la FAO

Témoignages.re / 5 septembre 2013

Quelque 11 millions d’habitants de la région du Sahel sont encore victimes d’une grave insécurité alimentaire, a annoncé hier la FAO aujourd’hui. Les familles pauvres ont épuisé leurs stocks de nourriture et sont confrontées à des prix alimentaires élevés dans l’attente de la prochaine récolte.

11 millions de personnes menacées par la famine dans le Sahel, c’est l’alerte lancée hier par la FAO. En plus de conditions climatiques difficiles, cette région subit le contrecoup de l’effondrement de la Libye après l’attaque des Occidentaux.

L’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans demeure alarmant, avec une prévalence élevée de malnutrition aiguë et une augmentation des admissions dans les centres de récupération nutritionnelle proches des niveaux de 2012, en particulier au Mali, au Niger, au Nigéria et au Tchad. Plus d’1,4 million d’enfants sont à risque de malnutrition avancée en 2013.

L’Organisation lance un appel à la communauté internationale pour multiplier les fonds en faveur des petits agriculteurs et éleveurs les plus vulnérables de la région au sud du Sahara.

83% des fonds nécessaires manquent

Malgré l’appel de 113,1 millions de dollars déjà lancé cette année pour venir en aide à près de 6 millions de personnes vulnérables au Sahel, seuls 19,4 millions ont été reçus, soit 17% du total, grâce auxquelles la FAO a pu apporter un soutien à 1,6 million de cultivateurs, d’agro-pasteurs et d’éleveurs.

« Les crises alimentaires à répétition qui ont frappé le Sahel en 2005, 2008 et 2012 ont affaibli la capacité des populations pauvres de préserver ou de restaurer leurs moyens de subsistance », a déclaré Lamourdia Thiombiano, chef par intérim du Bureau régional de la FAO pour l’Afrique et du Bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Ouest.« Au lieu de travailler leurs propres champs, de nombreux agriculteurs pauvres ont été contraints de vendre leur main-d’œuvre et n’ont pas pu profiter des conditions météorologiques favorables en 2012 ».

« Besoins colossaux »

« Les besoins du Sahel sont colossaux et il faut un engagement renouvelé de la communauté des donateurs pour soutenir l’agriculture et la production animale », a-t-il précisé. « Investir dans l’agriculture et accroître la résilience des paysans pauvres permet de réduire la faim et la pauvreté et de conjurer de futures crises alimentaires dans la région ».

Les fonds doivent servir à fournir des semences, des engrais et de petits outils agricoles aux paysans pour la prochaine campagne d’octobre 2013 à avril 2014, à améliorer le stockage, la transformation et le transport des marchandises, ainsi qu’à l’éducation nutritionnelle. Des financements sont en outre nécessaires pour compléter l’alimentation des animaux, organiser les campagnes de santé animale, reconstituer les troupeaux et améliorer la gestion du bétail.


Kanalreunion.com