Pays émergents

Attentat à la bombe contre des chrétiens le jour de Noël

Drame de l’intolérance

Témoignages.re / 26 décembre 2011

Au moins 27 personnes, dont trois policiers, ont trouvé la mort dans une explosion à la bombe, survenue dans une église le jour de Noël dans la ville de Madalla, près d’Abuja, la capitale fédérale, a indiqué la police.

Le commissaire de police de l’État du Niger, M. Alhaji Ibrahim Maishanu, a déclaré qu’une forte déflagration a fait voler en éclats le toit de l’église Sainte Therèse et de certaines résidences voisines, le détonateur ayant été actionné depuis une rue voisine par des personnes non encore identifiées.
Le patron de la police, qui se rend à Madalla pour "évaluer personnellement les dégâts et offrir l’assistance nécessaire aux populations’’, a confirmé que le bilan de l’explosion s’élevait déjà à 12 morts, parmi lesquels trois policiers, et de nombreux blessés. Quelques heures plus tard, ce sont 27 corps qui ont été retirés des décombres.
Le président du conseil du gouvernement local de Suleja, M. Alhaji Yunus Adamu, a déclaré que l’explosion est la plus meurtrière enregistrée dans la localité de Madalla qui enregistre la deuxième explosion de l’année sur les quatre survenues sur le territoire du gouvernement local de Suleja.
Au même moment, une autre explosion, visant apparemment une église, s’est produite également sans la ville réputée agitée de Jos, dans le Nord du pays.
Ces explosions, qui visaient manifestement à gâcher la fête de la Noël célébrée par les chrétiens, n’ont pas encore été revendiquées.
Des explosions similaires avaient été enregistrées, lors de la récente fête musulmane de la Tabaski début novembre dernier.
Le président nigérian Goodluck Jonathan, un chrétien originaire du sud du pays, a qualifié l’incident de "malheureux" et assuré que Boko Haram "ne serait pas toujours là". "Cela se terminera un jour", a-t-il dit.

Plusieurs églises visées

Quelques heures après l’attentat de Madala, une autre bombe a explosé à Jos, dans le centre du pays, visant l’église de la Montagne du feu et des miracles. Un policier a été légèrement blessé, rapporte un journaliste de Reuters présent sur les lieux. Il n’y aurait pas d’autres victimes.

Une église de Gadaka, dans l’État septentrional de Yobe, a été également touchée par une explosion qui a fait de nombreux blessés. Les habitants de Damaturu, une autre ville de l’État de Yobe où les islamistes ont combattu les forces de sécurité ces derniers jours, ont fait état de deux explosions, mais aucune précision n’a pu être apportée dans l’immédiat.

L’an dernier à pareille époque, Boko Haram, qui prône l’introduction de la charia dans un pays à la population également partagée entre musulmans et chrétiens, s’était attribué déjà la responsabilité d’une série d’attaques qui avaient fait au moins 80 morts à la veille de Noël.

Selon des sources médicales, les affrontements entre Boko Haram et l’armée et la police ont fait 68 morts depuis jeudi à Damaturu et d’autres villes du nord-est du pays, une région semi-aride éloignée des grands axes de transport.


Kanalreunion.com