Pays émergents

Conséquences de la catastrophe au Japon sur l’Afrique

Notre région

Témoignages.re / 9 avril 2011

L’Afrique doit se préparer à un recul de l’aide et des échanges commerciaux avec le Japon, suite au séisme du 11 mars qui a frappé la troisième économie mondiale, observe la South Africa’s Standard Bank dans son rapport consacré aux retombées de cette catastrophe.

La banque sud-africaine South Africa’s Standard Bank estime que la valeur totale des flux d’échanges et des investissements entre l’Afrique et le Japon était de 24 millions de dollars en 2010. Ce volume va diminuer du fait de la catastrophe au Japon, prédit-elle.
Le séisme suivi d’un tsunami a jusqu’ici fait 20.000 morts et environ 400.000 sans-abris.
Les retombées économiques négatives devraient davantage mettre à mal l’économie mondiale, avertit le rapport, qui ajoute que ceci aura un impact matériel sur les marchés et les économies africaines à cause des liens considérables entre le Japon et l’Afrique.
« Très clairement, les pays africains doivent se préparer à une baisse inévitable des volumes d’aide et d’échanges avec le Japon à court et peut-être moyen termes », note le rapport.
Selon la Standard Bank, les effets dans le court terme seront néfastes pour les économies les plus liées avec le Japon, avec des pays comme l’Afrique du Sud, qui devraient être les plus affectés sur le plan des échanges.
Concernant l’aide étrangère au développement, les pays comme la Tanzanie et le Soudan pourraient avoir de la peine à joindre les deux bouts, tandis que du point de vue des investissements, les économies les plus fortes du continent, particulièrement l’Afrique du Sud et peut-être le Nigeria connaîtront une « compression marginale ».


Kanalreunion.com