Pays émergents

Des dirigeants africains confiants des relations avec la Chine

Sommet Chine-Afrique

Céline Tabou / 21 juillet 2012

Depuis plus d’une quinzaine d’années, les relations économiques et commerciales entre la Chine et l’Afrique se sont accentuées, avec un volume d’échanges commerciaux de près de 166,3 milliards de dollars en 2011.

Au-delà de la question financière, la Chine est devenue partenaire dans d’autres domaines, comme l’ont indiqué, certains médias africains et chinois, les réductions et exemptions tarifaires de certains pays africains ont permis le développement de certains secteurs et la formation de centaines de milliers d’Africains en Chine.
« La coopération s’est développée dans tous les domaines : la politique, l’économie, le développement et les questions sociales », a indiqué Sanusha Naidu, directrice de recherche au sein de l’Initiative pour la politique étrangère d’Afrique du Sud. Cette dernière a expliqué au “Quotidien du Peuple” que « l’engagement chinois a contribué à stimuler le développement économique de l’Afrique, même au milieu d’une crise financière mondiale, et permis d’améliorer le niveau de vie des peuples africains ».
Pour le ministre kenyan des Finances, Robinson Githae, « la coopération dans le domaine des infrastructures avait non seulement aidé à exporter des marchandises africaines vers la Chine, mais avait aussi permis de transférer des technologies chinoises vers l’Afrique, tout en créant davantage d’emplois sur le continent ». Toutefois, les exportations de produits chinois vers l’Afrique posent problème. En effet, d’après Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, cité par le quotidien algérien “Liberté”, depuis plusieurs années des produits chinois de mauvaise qualité sont exportés dans le continent. Face à la question de savoir si des participants avaient posé la question, le coordinateur du FCSA a indiqué que « le marché africain est demandeur des produits bas de gamme formulés par les exportateurs. Le problème réside également dans la crédibilité du producteur qui vend un article de basse qualité à un prix élevé pour gagner plus, mais je peux vous dire que la vente bas de gamme n’est pas la politique du gouvernement chinois ».
De nombreux dirigeants, acteurs économiques et sociaux se sont félicités de la coopération avec la Chine. Le président la Commission économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo, a encouragé ses États membres à poursuivre cette coopération, ce dernier s’engage également à « créer les conditions régionales nécessaires pour promouvoir ces investissements conjoints ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com