Pays émergents

Des problèmes techniques retardent toujours la publication des résultats des élections

Incertitude une semaine après le vote en Libye

Témoignages.re / 18 juillet 2012

La Commission électorale libyenne a annoncé que ses commissions techniques travaillent pour compléter les résultats provisoires, en vue de la publication des résultats finaux.

Dans un communiqué de presse rendu public samedi soir à Tripoli, la Commission électorale a précisé que le travail est en cours pour traiter certaines erreurs techniques contenues dans les procès verbaux transmis par les 13 circonscriptions.
La Commission a expliqué, dans son communiqué, que le traitement de ces problèmes techniques s’exécute en coordination avec les circonscriptions et la cellule des opérations qui les examinent et les révise avant d’être envoyés au centre de données et des statistiques de la Commission pour être ensuite soumis au contrôle direct des observateurs locaux et internationaux.
La Commission a signalé, dans son communiqué, que dès la fin de ce processus, les résultats préliminaires seront annoncés, ouvrant la phase de deux semaines de recours devant les tribunaux compétents au terme desquels seront publiés les résultats définitifs.
Les résultats provisoires (80% des votes) de ces élections tenues le 7 juillet annoncent l’avance de l’Alliance des Forces nationales (AFN), une coalition de partis d’obédience libérale dirigée par l’ancien Premier ministre du Conseil national de Transition (CNT), Mahmoud Djibril, qui aurait remporté plus de 114 des 200 sièges à pourvoir.


Tensions toujours vives

Les diverses composantes des institutions de la Société civile à Tripoli, Benghazi, Sebha et Misurata ont dénoncé l’enlèvement à Bani Walid (170 km Sud-Ouest de Tripoli) des deux journalistes de la chaîne de télévision Tobacts, basée à Misurata.
Les deux journalistes, Abdelkadir Fassouk et Yousouf Badi, libérés ce samedi, avaient été enlevés alors qu’ils couvraient les élections législatives de samedi 7 juillet à Mizdah, dans l’Ouest du pays.
Ces institutions de la Société civile demandent, dans un communiqué, à toutes les parties de faire preuve de retenue, de recourir au dialogue et de faire prévaloir la voix de la raison, afin de parvenir à une solution aux rivalités qui opposent la localité de Misurata (220 km à l’Est de Tripoli) à celle de Bani Walid.
Ces rivalités, nées des circonstances du conflit libyen, opposent, depuis lors, la ville de Misurata, première localité à l’Ouest à appuyer la révolution, qui avait le plus souffert des attaques de l’armée régulière, à la ville de Bani Walid, l’une des dernières villes à résister aux rebelles appuyés par l’OTAN.
Ces hostilités ont été ravivées dimanche dernier avec l’enlèvement des deux journalistes issus de la ville de Misurata par des groupes de Bani Walid.
Les organisations de la Société civile ont appelé, par ailleurs, le Conseil national de Transition (CNT) et le gouvernement à assumer leurs responsabilités, pour empêcher la répétition de tels actes à l’avenir, entre les citoyens d’une même nation.


Kanalreunion.com