Pays émergents

Élections 2015 au Nigéria : dépouillement avec des réactions mitigées

Scrutins décisifs dans la première puissance économique et pays le plus peuplé d’Afrique

Témoignages.re / 30 mars 2015

La collecte et le dépouillement des résultats des élections et législatives nationales se poursuivaient hier au Nigeria, tandis que les élections continuent dimanche dans les bureaux de vote suite à la défaillance du dispositif électronique de lecture de cartes et le retard dans la mise en place du matériel électoral.

« Avec quelques accrocs dans certaines parties du pays, les élections ne pouvaient en aucun cas prendre fin samedi », a déclaré aux journalistes à Abuja, la capitale, Chris Iyimoga, le président de Commission d’information et de sensibilisation des électeurs auprès de la Commission électorale nationale indépendante (Committee on Information and Voters Education of the, Inec).

Bien que l’instance électorale n’ait pas indiqué le nombre d’États concernés pays par la défaillance des lecteurs de cartes, certaines personnes croient que la nouvelle technologie ralentit l’identification des électeurs et de ce fait le processus électoral.

Dans certains des 150.000 bureaux de vote, l’utilisation de lecteur de carte n’a souffert d’aucune faille mais par contre dans d’autres endroits, ce fut lamentable.

« Dans mon propre centre de vote, le lecteur de carte n’a pas fonctionné du tout et il n’y avait pas de plan pour les changer ou les remplacer. Ils ont ralenti l’identification, provoquant de longues queues d’électeurs frustrés qui prenaient leur mal en patience », a déclaré Tunde Ajayi ». Même si le système manuel d’identification a été finalement utilisé, beaucoup de gens n’étaient pas contents de l’échec du dispositif au moment le plus critique ".

Commentant également le dispositif de lecteur de carte, l’ambassadeur du Nigeria aux Philippines, Dr Yemi Faronbi, a déclaré que le lecteur de carte a été très performant dans son centre de vote.

« Jusqu’à présent, l’expérience a été concluante. Il m’a fallu environ deux minutes pour terminer le processus d’identification et je suis globalement très satisfait. Je m’attends à ce que n’importe quel dispositif peut ou ne pas fonctionner. Tout dispositif humain peut avoir une certaine marge d’erreur. La commission électorale aurait dû prévoir une telle éventualité », a déclaré Farounbi.

Malgré la défaillance des lecteurs de cartes, le vote s’est déroulé dans le calme dans de nombreux bureaux de vote à travers le pays.

Le Président Goodluck Jonathan et son épouse étaient parmi les distingués électeurs dont les cartes n’ont pu être identifiées par le dispositif de lecture de carte à puce à Utuoke, dans l’Etat de Bayelsa situé dans le Sud du Nigeria.

Son principal adversaire à l’élection présidentielle, l’ancien chef d’Etat, le général Muhammadu Buhari, a été plus chanceux. Il lui a fallu moins de cinq minutes pour se faire identifier par le lecteur de carte à Daura, l’État de Katsina dans le Nord du pays.

A également été très chanceux avec le dispositif d’accréditation, l’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo. Il a réussi à l’opération d’accréditation avec le lecteur de carte et a voté dans un bureau de vote à Abeokuta, dans le Sud-ouest du Nigeria.

« C’est une exigence constitutionnelle tous les quatre ans et nous devons effectuer ce rituel au Nigeria. Ce que j’ai vécu est très bien. Ils ont vérifié ma carte, mes empreintes digitales et ils ont indiqué qu’il n’y avait aucun problème et que je devrais revenir pour voter ", a déclaré le Chief Obasanjo aux journalistes.

Il a invité les Nigérians à la patience avec la commission électorale et à continuer à garder le calme.

Les Nigérians exhortent la commission électorale à corriger toutes les anomalies observées lors du scrutin de samedi, surtout la défaillance du dispositif de lecture de cartes, avant les prochaines élections.

La deuxième partie des élections aura lieu le 11 avril pour désigner les gouverneurs et les membres des Assemblées d’États.


Kanalreunion.com