Pays émergents

Éthiopie : le HCR inquiet de la malnutrition chez les enfants réfugiés somaliens

Éthiopie

Témoignages.re / 6 septembre 2011

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé vendredi son inquiétude concernant l’aggravation de l’état de santé des Somaliens récemment arrivés en Éthiopie.

« Selon l’examen médical des nouveaux arrivants dans le camp de Kobe, dans la région de Dollo Ado, 19% des enfants souffriraient de malnutrition sévère aigüe. Dans le camp voisin de Hilaweyn, le taux s’élève à 16%, tandis qu’à Melkadida et Bokolmanyo, les taux sont respectivement de 10% et de 7% », a déploré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« En juillet, le HCR avait signalé un taux élevé de malnutrition aigüe à Dollo Ado. La malnutrition sévère aigüe est un niveau encore plus critique de malnutrition et représente un risque particulier pour les enfants âgés de moins de cinq ans. Le HCR estime qu’un taux de plus de 1% est alarmant », a-t-il précisé.

Un groupe de travail inter-agences a été créé afin d’organiser la distribution de la nourriture dans les camps et pour ouvrir d’urgence des centres supplémentaires pour fournir une alimentation nutritionnelle. Des campagnes de sensibilisation seront aussi organisées pour encourager les réfugiés à accéder aux services de santé.

« Des travailleurs sociaux iront de tente en tente pour identifier les enfants souffrant de malnutrition non enregistrés dans les programmes d’alimentation. Ils rechercheront aussi les enfants ayant éventuellement interrompu leur traitement d’alimentation nutritionnelle. Compte tenu de la gravité de la situation, le HCR s’attend à ce que les taux de malnutrition restent élevés pendant quelques semaines jusqu’à ce que la situation se stabilise », a souligné M. Edwards.

Un convoi de camions du HCR, distribuant des produits de première nécessité pour environ 18.500 Somaliens récemment arrivés dans la région de Gode, à environ 250 kilomètres au Nord de Dollo Ado, est arrivé à destination mercredi dernier.

« Cette assistance (matériel pour abris, couvertures, matelas et moustiquaires) a été acheminée le weekend dernier par pont aérien vers Addis-Abeba à partir de nos réserves d’urgence stockées à Dubaï », a expliqué Adrian Edwards.

« Les autorités locales éthiopiennes à Gode ont également indiqué à notre équipe que certaines personnes supposées auparavant être réfugiées sont en réalité déplacées à l’intérieur même de la Somalie, la ligne de frontière n’étant pas claire », a-t-il ajouté.

Au Kenya, la rentrée scolaire a lieu hier, et à Dadaab, le plus grand camp de réfugiés du monde, plus de 40.000 enfants réfugiés s’apprêtaient à aller à l’école. L’afflux de 154.000 nouveaux réfugiés en provenance de Somalie cette année, dont plus de la moitié sont des enfants, a accru la pression sur les besoins déjà urgents que connait Dadaab en termes de salles de cours, bureaux, fournitures, manuels et enseignants.
Pour les 156.000 enfants en âge d’être scolarisés dans les trois camps de Dadaab, il n’y a actuellement qu’un enseignant pour 100 élèves — et la plupart des enseignants sont eux-mêmes des réfugiés. Le taux de scolarisation reste faible, soit 42% en Primaire et 5% dans le Secondaire. Ce taux est encore plus bas pour les filles, soit 33% en Primaire.

« Dans l’ensemble, il faudrait d’urgence quelque 75 écoles supplémentaires, soit 1.800 salles de cours. Parmi les enfants réfugiés nouvellement arrivés, peu ont suivi une éducation formelle en Somalie », a conclu M. Edwards.


Kanalreunion.com