Pays émergents

Greenpeace dénonce la surexploitation exercée par des étrangers sur les eaux ouest-africaines

Environnement

Témoignages.re / 18 février 2012

L’ONG internationale de défense de l’environnement, Greenpeace, dénonce la surexploitation des ressources halieutiques exercée par des bateaux de pêche venant des pays européens et asiatiques sur les eaux ouest-africaines, particulièrement celles du Sénégal.

"Depuis des décennies, les eaux ouest-africaines, y compris celles du Sénégal, font l’objet d’une surpêche dont les effets se font sentir sur les communautés locales", relève Greenpeace.
"Après avoir surexploité les stocks de poissons dans leurs eaux territoriales, certaines flottes étrangères, en particulier celles russes, asiatiques et européennes, quittent leurs propres zones de pêche et pénètrent dans les eaux territoriales des pays comme le Sénégal", poursuit l’ONG.
"Ces flottes pillent nos mers et compromettent ainsi la sécurité alimentaire, ainsi que les moyens de subsistance des communautés côtières qui, depuis des siècles, dépendent de la pêche pour vivre", dénonce Greenpeace.
L’ONG indique mener "une campagne, en compagnie des pêcheurs locaux sénégalais, pour la mise en place d’une politique durable des pêches, qui prenne en compte les besoins et les intérêts des pêcheurs artisans et des communautés locales qui dépendent de la bonne santé des océans".
Le communiqué annonce qu’un bateau de Greenpeace, l’"Arctic Sunrise", a accosté jeudi au port de Dakar et dans les semaines à venir va sillonner les eaux sénégalaises pour documenter et mettre à nue la surexploitation des ressources marines par les flottes étrangères.


Kanalreunion.com