Pays émergents

L’Afrique du Sud s’accorde avec l’Union africaine sur l’interdiction des essais nucléaires

Désarmement

Témoignages.re / 29 juillet 2012

L’Union africaine (UA) et l’Afrique du Sud sont en pourparlers sur les modalités de mise en place de la Commission africaine de l’Énergie nucléaire (CAEN), un organisme créé pour promouvoir une utilisation pacifique du nucléaire et des technologies nucléaires, indique un officiel de UA.

Le directeur de la Paix et de la Sécurité, M. El Ghashim Wane, qui a confirmé ces négociations, a déclaré que le processus est en voie d’achèvement pour le recrutement du secrétaire exécutif de la Commission dont les principales tâches vont consister à veiller au respect des engagements pris par les États parties en matière de la non-prolifération et de la sécurité nucléaire et radiologique.
« La mise en place de la Commission a soulevé au sein de l’ensemble de la communauté internationale de nombreuses attentes relatives au rôle primordial qu’elle peut jouer dans toutes les questions liées au nucléaire », a-t-il déclaré.
L’accord d’interdiction des armes nucléaires, entré en vigueur en 2009, après sa ratification par 15 pays, a été créé par le Traité de Pelindaba (Afrique du Sud), dans le but d’instaurer un environnement exempt d’armes nucléaires en Afrique.
M. Wane a déclaré que, depuis 2011, cinq autres pays ont signé et ratifié l’accord, portant ainsi à 36 le nombre des pays signataires.
Le Traité de Pelindaba, ouvert à la signature le 11 avril 1996 au Caire (Égypte), pour une durée illimitée, interdit aux États parties de fabriquer, de stocker, d’acquérir, de posséder, de contrôler ou de stationner des armes nucléaires sur leur territoire. Il interdit également la recherche et la mise au point d’armes nucléaires ainsi que la réalisation d’explosions nucléaires à des fins pacifiques. 


Kanalreunion.com