Pays émergents

L’Afrique invitée à donner la priorité à l’agriculture

Sommet régional de la FAO

Témoignages.re / 10 mai 2010

L’agriculture doit être une priorité politique des gouvernements africains, a défendu samedi à Luanda, le directeur général du Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, avant de quitter la capitale angolaise.

"L’agriculture est la principale arme de la lutte contre la famine et la pauvreté en Afrique, raison pour laquelle les gouvernements doivent établir l’agriculture comme une priorité politique, car c’est le seul secteur capable d’assurer plus de 60 pour cent des emplois", a-t-il déclaré à l’Agence angolaise de presse (ANGOP).

M. Diouf a quitté Luanda après avoir participé les 6 et 7 mai à la 26ème conférence régionale africaine de la FAO que le pays a abritée.

D’après le responsable, après avoir pris cette mesure politique, les gouvernements africains doivent ensuite faciliter l’accès aux outils et engrais agricoles et assurer les infrastructures destinées au stockage et à l’acheminement des produits au cours duquel se perdent 40 à 60 pour cent de la récolte.

Si toutes ces mesures sont prises, a-t-il poursuivi, "je suis certain qu’en très peu de temps les nations africaines pourront réduire considérablement la famine et les indices de pauvreté".

Pour Jacques Diouf, la rencontre de Luanda a été un succès avec l’introduction d’une nouveauté, le fait que la présidence de la conférence ne s’arrête plus à la réunion et que désormais le président aura un mandat qui continuera pendant les deux ans après la réunion régionale suivante.

Ce fait, a-t-il souligné, accordera plus de responsabilité au poste, car le président devra participer à toutes les réunions importantes de la FAO, de l’Union africaine, entre autre, qui se pencheront sur la sécurité alimentaire en Afrique.

A l’occasion, M. Diouf a dit qu’il était certain du succès de l’Angola dans l’exercice de cette fonction.


Kanalreunion.com