Pays émergents

L’économie chinoise sur la sellette

Chine

Témoignages.re / 17 juillet 2012

La crise au sein du système politique chinois a poussé le Parti communiste chinois à actionner d’autres leviers tels que « le patriotisme économique, les progrès sociaux, les hausses de salaire, les exploits de la conquête spatiale et le raidissement face à l’intrusion des États-Unis dans sa zone d’influence directe », a indiqué François Danjou, de “QuestionChine”.

Sur le plan économique, la Chine voit son taux de croissance stagner à 7,5% pour l’année 2012. En dessous du seuil de 7%, minimum requis pour créer assez d’emplois (8% étant le seuil adéquat), Pékin a décidé de lancer une série de mesures pour dynamiser sa croissance.

Comme l’a expliqué le sinologue, « la machine de la croissance dispose encore de l’amortisseur de ses formidables réserves de change et des marges de développement, encore en partie inexplorées, du développement de l’Ouest où les salaires, même en hausse, sont encore trois fois inférieurs à ceux de la côte Est ».

D’autant plus que dans un contexte complexe et morose sur le plan national et international, la banque centrale de Chine s’est engagée à « renforcer le rôle de la finance dans le soutien à l’économie réelle et à améliorer les services afin de stimuler la consommation et le développement des petites entreprises ». Cette dernière a également annoncé la poursuite d’une politique financière « proactive et une politique monétaire prudente en 2012 », a relayé “Xinhua”, l’agence de presse.



Kanalreunion.com