Pays émergents

La lutte des Chagossiens continue

Un retour trop court sur la terre natale

Alain Dreneau / 29 octobre 2009

Dix-huit Chagossiens ont quitté Maurice avant-hier soir pour un pèlerinage de quelques jours dans leurs îles natales de l’archipel des Chagos. Ils vont pouvoir rendre hommage à leurs ancêtres, à l’occasion de la Fête des morts. Ce voyage est lourd des souffrances passées, liées à l’arrachement et à l’exil infligés à ce peuple il y a déjà près de 40 ans. Un peuple dont le seul “péché mortel” aura été de vivre sur une terre accaparée par l’hyper puissance des États-Unis d’Amérique pour en faire la plus grande base navale de l’océan Indien, Diego Garcia.

Il avait fallu attendre plus de 30 ans pour que des représentants du peuple chagossien puissent remettre leurs pas dans les pas de leurs ancêtres, dans ces îles natales qui leur sont interdites, Peros Banhos, Salomon, Diego Garcia. Ce premier pèlerinage, qui eut lieu en 2006, fut une concession arrachée de haute lutte aux impérialismes britannique et états-unien. Une victoire, modeste mais ô combien précieuse, dans ce long combat, trop mal connu de par le monde, mené par un peuple de quelque 9.000 personnes contre l’injustice absolue qui consiste à dépouiller des hommes et des femmes de leur terre natale.

Arrachés depuis les années 70 à leurs îles Chagos, parqués depuis lors à Maurice dans des conditions inhumaines, les “réfugiés Chagos” comme ils se nomment n’ont eu de cesse, autour de leur dirigeant Olivier Bancoult, de résister et de lutter durant toutes ces décennies pour recouvrer leurs droits. Malgré les arrestations et les emprisonnements, ils ont multiplié les grèves de la faim et les manifestations, et ils ont entamé une action judiciaire de grande envergure, qui les a amenés jusqu’à la haute Cour de Londres.

Cette lutte homérique “du pot de terre contre le pot de fer” s’est soldée par de multiples épisodes et renversements, faits d’avancées comme lorsqu’en 2000 cette haute Cour a reconnu le droit de retour des Chagossiens dans leurs îles, mais aussi de cruels revers comme lorsqu’en octobre 2008 la Chambre haute des Lords a inversé le jugement de la Haute Cour et privé les Chagossiens du droit au retour. Mais Olivier Bancoult et les siens ne lâchent pas : ils ont porté l’affaire devant la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Ils reviennent d’ailleurs d’un voyage important au pays qui est à la source de leur malheur historique : les États-Unis, aujourd’hui doté d’un nouveau président, Barack Obama. « Son élection peut faire avancer notre cause » dit Olivier Bancoult avec mesure et réalisme, encouragé par les contacts établis à Washington. Avec opiniâtreté, les Chagossiens en ont d’ailleurs toujours appelé à toutes les grandes consciences et toutes les solidarités, dans la Région océan indien en premier lieu, de Paul Vergès et des Réunionnais à Nelson Mandela et Desmond Tutu, et plus récemment à Jean-Marie Le Clézio, mais aussi dans le monde entier, de Strasbourg à Genève, en passant par le Vatican.

Aujourd’hui, ils sont 18 à pouvoir, le temps d’un voyage très encadré par les autorités occupant leurs îles, honorer avec émotion le fil brisé de leur ascendance. Même trop court, même trop douloureux, ce retour éclair doit être porteur du grand espoir de voir enfin le peuple chagossien réinstallé dans ses droits et sur son sol.

Alain Dreneau



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bonjour,

    je suis créole des Antilles, de la Martinique, vivant à l’ile de la réunion.
    Plus de dix millions de créoles, dans l’ignorance et confinées avec arrogance dans une situation géo-politique abstraite,
    démontrant la transgressions des droits de l’homme.

    Ces quelques mots pour vous dire chagossiens, que votre histoire a traverser l’océan indien jusqu’à la mer des Antilles.
    Vous n’êtes pas seuil, plus seuil ! il est des plus nécessaire de rassembler tous les peuples créoles dans un mouvement pacifique et du droit. Éduquer les états concernées, qui dictent : faites ce que je dis, pas ce que je fais ! Qui décident de l’avenir des peuples en jetant,
    aux oubliettes les droits les plus élémentaires des peuples à disposer d’eux mêmes.

    Créolement, Tchebe pa moli

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Bonjour,

    Il y a quelques mois passait sur une émission de TV française (THALASSA) un reportage sur le retour des Chagossiens sur leur île. Retour encadré par l’armée et limité à une journée. Musicien amateur, j’ai été touché par ce reportage et j’ai écrit une chanson. Afin d’illustrer le texte je me suis permis d’inclure des photos collectées sur votre site et d’autres.
    Ma démarche n’a pas de but lucratif : je ne tire pas, à ce jour, profit de ma musique ; c’est surtout une passion que je souhaite partager avec le plus grand nombre.
    Si je vous contacte, c’est d’une part pour vous faire découvrir ma composition, avoir l’autorisation d’utiliser vos photos dans ce clip et éventuellement en ajouter d’autres que vous pourriez me fournir, d’autre part pour recueillir vos commentaires et réactions.
    Il est bien évident que je vous autorise à la diffuser et à l’utiliser si vous le souhaitez. Je vous remercie, dans ce cas, de bien vouloir m’en informer.

    J’espère sincèrement que cette chanson saura retransmettre l’émotion qui fut la mienne.
    Vous pourrez visionner le clip a cette adresse :http://froggies.band.over-blog.com/

    Cordialement
    Manu (Auteur/compositeur/interprète)
    Site :http://band.froggies.free.fr
    Contact :band.froggies@free.fr

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com