Pays émergents

Le Pakistan toujours sous les eaux

Inondations

Céline Tabou / 28 août 2010

Depuis le début de la mousson, les Pakistanais vivent dans les eaux. Inondations, glissements de terrain, crues, boues, des milliers de Pakistanais ont quitté les régions les plus touchées, notamment dans le Nord-Ouest, pour survivre.

Depuis le mois de juillet, des inondations ont touché le Nord-Ouest du pays, et des crues ont affecté de nombreuses villes au Nord du Pakistan. À tel point que le 31 juillet dernier, le général Athar Abbas, expliquait aux journalistes, « les dévastations sont si étendues qu’il est tout à fait possible que nous n’ayons pas été informés de tous les décès ».
Aujourd’hui, le pays est confronté à des eaux gonflées de l’Indus, qui ont fait céder une digue et provoqué des inondations dans le Sud du Pakistan. Des centaines de milliers de Pakistanais ont d’ailleurs fui la zone. Selon les Nations Unies, environ un million de personnes auraient été déplacées par la catastrophe naturelle dans le Sud du pays, depuis le milieu de la semaine, indique “Le NouvelObs”.

L’aide tarde toujours à venir

Le dernier bilan des Nations Unies fait état de près de 17,2 millions de personnes affectées depuis le début des inondations, et quelque 1,2 million d’habitations détruites ou très endommagées. En ce qui concerne le nombre de victimes, les secours ne connaissent pas le chiffre exact, car des zones sont encore difficilement accessibles, et les inondations se succèdent, causant la mort de plus en plus de personnes. De leur côté, les agences onusiennes et organisations humanitaires tentent à faire parvenir des moyens matériels et humains vers les zones sinistrées.
Cette situation n’est pas sans rappeler que La Réunion n’est pas immunisée face à de tels évènements. Cependant, la politique de prévention des catastrophes mise en place par Paul Vergès, dans les années 1990, a permis aux communes riveraines de la Rivière des Galets d’être sécurisées. Les travaux d’endiguement de la Rivière des Galets ont débuté en 1992 pour se terminer en 2002, et permettent de contenir les crues cycloniques.

Céline Tabou


Inondations au Pakistan

La Croix-Rouge française renforce son aide d’urgence et renouvelle son appel aux dons

Après l’envoi d’une première équipe de réponses aux urgences (ERU), la Croix-Rouge française renforce son aide d’urgence et envoie de nouveaux délégués ainsi que du matériel, pour venir en aide aux victimes des inondations au Pakistan. Elle a plus que jamais besoin de la générosité du public.

Pour mieux répondre à la situation de plus en plus dramatique au Pakistan, la Croix-Rouge française envoie 7 nouveaux délégués pour diriger une équipe de réponses aux urgences, conjointe avec les Croix-Rouge japonaise et australienne. Elle emporte avec elle le matériel nécessaire à la mise en place d’un hôpital de campagne offrant aussi la capacité de déployer 2 à 3 cliniques mobiles pour aller à la rencontre des personnes affectées. Ce dispositif médical qui devrait être opérationnel tout début septembre pourra accueillir et soigner 30.000 patients pendant 4 mois. Associées à ce dispositif, de petites unités flexibles de traitement d’eau seront installées et permettront d’apporter de l’eau potable aux personnes visitées. Ce nouveau déploiement porte à 10 le nombre d’équipiers de la Croix-Rouge française présents au Pakistan.
Pour venir en aide aux victimes des inondations et soutenir les activités de secours d’urgence engagées par le Croissant-Rouge du Pakistan, la Croix-Rouge française a, dès le 9 août, envoyé une équipe de réponses aux urgences spécialisée dans l’évaluation des besoins et la distribution de produits de première nécessité (couvertures, tentes, bâches, jerrycans, moustiquaires, kits d’hygiène…).
Sous l’égide de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, cette première intervention d’urgence permet de venir en aide à 25.000 familles, soit 175.000 personnes, dans les provinces de Khyber Pakhtunkhwa. Parallèlement, la Croix-Rouge a financé l’acheminement de 4.000 kits hygiène et moustiquaires, 5.000 jerrycans, 2.500 couvertures et 3.000 nattes.
Ce déploiement de ressources humaines et de matériel est rendu possible grâce aux 478.000 euros de dons du grand public mais ne permet de couvrir les interventions de la Croix-Rouge que pendant 4 mois. Face à l’immensité de la tâche et l’ampleur des difficultés, ce ne sera pas suffisant pour venir en aide, dans la durée, aux populations du Pakistan. C’est la raison pour laquelle la Croix-Rouge française renouvelle son appel à la générosité du public.

Les dons peuvent être effectués sur le web :
www.croix-rouge.fr
ou par chèque à l’attention de
Croix-Rouge française “Inondations Pakistan 2010”
40 D, rue de Bois de Nèfles–974000 Saint-Denis


Kanalreunion.com