Pays émergents

Les pro-Taksin au pouvoir

Élections en Thaïlande

Céline Tabou / 5 juillet 2011

Le Parti d’opposition Puea Thaï a remporté les élections thaïlandaises dimanche 3 juillet et rejoindra les quatre autres partis minoritaires dans le futur gouvernement de coalition, a annoncé hier le futur Premier ministre, Yingluck Shinawatra, alliée aux "chemises rouges" du Front national uni pour la démocratie et contre la dictature (UDD) qui manifeste depuis mars 2010 pour le retour de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra.

Yingluck Shinawatra, sœur de l’ex-chef de gouvernement en exil, est le nouveau Premier ministre de Thaïlande ainsi que la première Thaïlandaise à la tête du gouvernement. Après six années de crise politique marquées par l’occupation des deux aéroports de Bangkok, la paralysie du Parlement, une tentative d’assassinat et de violentes manifestations, dont les dernières ont fait 91 morts au printemps 2010, la victoire des partisans de Thaksin Shinawatra devrait réduire les risques d’instabilité.

Les “chemises rouges”, anciens supporters du Puea Thaï

Les "chemises rouges" ont réclamé la démission du gouvernement et la dissolution du Parlement à travers des manifestations et dénonciations. Face à eux, les institutions thaïlandaises ont réprimé les manifestants qui appelaient au retour du Premier ministre déchu, Thaksin Shinawatra. Ce dernier a perdu le pouvoir le 19 septembre 2006, alors qu’il était à New York, lors de l’Assemblée générale des Nations unies. L’armée a fait un coup d’État et pris le pouvoir, pour ensuite déclarer l’état d’urgence généralisé. Surayud Chulanont, ancien commandant en chef de l’armée, a par la suite été investi en qualité de Premier ministre par le roi de Thaïlande.

Le mouvement des "chemises rouges" a été initié par Thaksin Shinawatra, qui compte dans leurs rangs « quelques factions de l’armée, des petits partis gravitationnels et des dirigeants de province », précise Sophie Boisseau du Rocher, chercheur à l’Asian Centre de Sciences-Po.

Le Puea Thaï au pouvoir

Le Parti d’opposition Puea Thaï a remporté 264 sièges sur 500 lors des Législatives, près de 104 sièges de différence avec son principal adversaire, le Parti démocrate du Premier ministre Abhisit Vejjajiva. Ces résultats sont pour le moment provisoires, la Commission électorale a dépouillé 98% des bulletins avant d’annoncer la victoire de Yingluck Shinawatra, sœur de l’ex-chef de gouvernement en exil, Thaksin Shinawatra. Le Puea Thaï a obtenu ainsi la majorité absolue lui permettant de former le gouvernement.

Le nouveau Premier ministre va devoir tenir ses promesses et réunifier un peuple. Le slogan des affiches électorales disait tout : « Thaksin pense, le Pheu Thai agit ». Taxée de novice par ses adversaires, Yingluck Shinawatra a affirmé à Reuters que « ce n’est pas vrai, nous savons ce qu’il faut faire. Nous réduirons les coûts pour les gens et nous savons comment développer les revenus que nous leur redistribuerons ». L’armée, qui avait détrôné son frère en 2006, a accepté le résultat des élections. « Je peux vous garantir que l’armée n’a aucune intention de sortir du rôle qui lui est assigné. L’armée accepte le résultat des élections et je peux affirmer clairement que nous n’avons jamais nourri le projet d’entreprendre quoi que ce soit susceptible de nuire au pays », a déclaré Prawit Wongsuwan, un proche du puissant état-major thaïlandais, à Reuters.

Céline Tabou


Kanalreunion.com