Pays émergents

Les rebelles touareg stoppent le combat

Mali

Céline Tabou / 6 avril 2012

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a annoncé mercredi 4 avril « la fin » de ses « opérations militaires » dans le Nord du Mali. L’organisation a également annoncé la création d’un nouvel État, le territoire d’Azawad.

Profitant du putsch orchestré par l’armée dans la capitale malienne, Bamako, contre le Président Amani Toumani Touré le 22 mars, les rebelles touareg et des groupes islamistes ont pris le contrôle des trois métropoles du Nord du Mali, Kidal, Gao et Tombouctou, coupant le pays en deux. Les islamistes d’Ansar Dine, dirigés par le chef touareg Iyad Ag Ghaly, et des cellules d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ont, depuis lors, pris le dessus sur la composante laïque de la rébellion, incarnée par le MNLA, qui affirme « tenir sa position » face à ses rivaux.

Dans un communiqué publié sur le site du Mouvement, signé de son secrétaire général, Bilal Ag Chérif, le MNLA « décide unilatéralement de proclamer la fin des opérations militaires à compter de jeudi minuit ». Ce dernier précise que la décision a été prise « suite à la libération complète du territoire de l’Azawad et compte tenu de la forte demande de la communauté internationale, notamment du Conseil de sécurité de l’ONU, des États-Unis, de la France ainsi que des États de la sous-région (...) ».

Le Mouvement national de libération de l’Azawad a également annoncé la création de l’État de l’Azawad dans la région sud-saharienne et a appelé la communauté internationale à protéger ce nouveau territoire qui regroupe les régions de Kidal, Gao et Tombouctou. Ces dernières ont été le théâtre de violents combats desquels les Touaregs sont parvenus à chasser les troupes gouvernementales. Le MNLA « invite en conséquence les États de la sous-région et la communauté internationale à garantir le peuple de l’Azawad contre toute agression du Mali », conclut le communiqué, signé depuis Gao, ville du Nord du Mali, prise samedi 31 mars par la rébellion et des groupes islamistes.

Céline Tabou


Kanalreunion.com