Pays émergents

Pour bénéficier d’un air plus pur et protéger le climat

Réduction des polluants atmosphériques

Témoignages.re / 24 septembre 2012

Des responsables gouvernementaux, des décideurs, des experts environnementaux et des intervenants industriels, venant du monde entier, se sont réunis mercredi pour trouver des moyens de réduire les émissions de polluants climatiques de courte durée de vie en Afrique.

Les polluants climatiques de courte durée de vie sont des agents chimiques qui ont une durée de vie relativement courte dans l’atmosphère — de quelques jours à quelques décennies — et qui ont une influence sur le réchauffement du climat. Les principaux polluants de courte durée de vie sont le carbone noir (suie), le méthane, l’ozone troposphérique et les hydrofluorocarbures (HFC). Ces polluants contribuent à l’effet de serre d’origine humaine et ont des impacts néfastes sur la santé humaine, l’agriculture et les écosystèmes.

Dès lors, mettre en place des mesures pour réduire leurs émissions permettrait de produire des bénéfices immédiats et substantiels sur la santé humaine, le rendement des cultures et plus généralement sur l’environnement du continent africain. En plus de ces bénéfices, cela permettrait également de lutter, à court terme, au cours des prochaines décennies, contre le réchauffement climatique et ses impacts en Afrique (et ailleurs dans le monde).

Des bénéfices sur la santé, l’agriculture et la sécurité de l’approvisionnement énergétique

Cette manifestation de trois jours est organisée par les Ministères de l’Environnement du Ghana et du Nigeria, avec le soutien de la Coalition pour un climat et un air pur, du Centre africain pour les politiques climatiques et du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Elle portera sur le besoin urgent d’agir pour atténuer rapidement les impacts nocifs des polluants climatiques de courte durée. En plus des deux pays hôtes, le Ghana et le Nigeria, des représentants du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Gabon, d’Ethiopie, du Niger, du Malawi, du Sénégal, du Togo et du Zimbabwe ont fait le déplacement pour participer à l’événement.

Lors du gala d’ouverture, Sherry Ayittey, Ministre de l’Environnement du Ghana, a déclaré : « En agissant sur ces polluants, dès maintenant, les pays africains pourront bénéficier d’un grand nombre de bénéfices concrets sur la santé, sur l’agriculture et sur la sécurité de l’approvisionnement énergétique en Afrique. Parallèlement, cela permettra de réduire d’un demi-degré le réchauffement de la planète au cours des prochaines décennies, diminuant de moitié le taux projeté du réchauffement en Afrique et dans le monde ».

L’action contre ce type de polluant promeut également l’égalité entre les sexes et les droits des femmes, notamment en luttant contre la pollution de l’air a l’intérieur des habitations, poursuit-elle.

Comprendre, et apprendre à réduire les polluants

Sous la présidence de Mme Bahijjahtu Abubakar, du Nigeria, les participants pourront explorer des méthodes de réduction des émissions de polluants climatiques de courte durée de vie destinées aux pays africains : telles que la promotion des meilleures pratiques ; la mise en valeur des efforts fructueux en ce qui concerne la réduction des émissions de carbone noir issus des fourneaux traditionnels, des exploitations pétrolières et gazières, et du transport ; et la réduction des émissions de méthane provenant de la production de combustibles fossiles et des secteurs de l’agriculture et des déchets.

La réunion portera également sur la sensibilisation à la question des polluants climatiques de courte durée de vie en Afrique ; sur l’amélioration de la compréhension scientifique des impacts des polluants climatiques de courte durée de vie ; et enfin sur les avantages socio-économiques des stratégies de mitigation. Un autre objectif sera d’améliorer et de développer la capacité des décideurs à prendre des mesures efficaces aux niveaux national et régional.

Les participants pourront formuler des recommandations en ce qui concerne le suivi des activités sur le continent africain et l’engagement futur avec la Coalition pour un climat et un air pur.


Kanalreunion.com