Pays émergents

Sept millions de dollars contre l’insécurité alimentaire au Sénégal

Lutte contre la famine

Témoignages.re / 26 mai 2012

Le Système des Nations unies a déjà mobilisé sept millions de dollars américains pour appuyer le plan de réponse du gouvernement du Sénégal dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire, a déclaré jeudi dans la soirée à Dakar la Secrétaire générale adjointe des Nations unies aux Affaires humanitaires, Valerie Amos, par ailleurs coordonnatrice des secours d’urgence aux Nations unies.

Selon Mme Amos, qui sortait d’une audience avec le Premier ministre du Sénégal, Abdoul Mbaye, pour discuter de la réponse en cours à la situation actuelle de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le pays, l’ONU a déjà mobilisé 7 millions de dollars qui seront distribués aux différentes agences de l’ONU installées à Dakar, en soutien au plan de réponse du gouvernement sénégalais face à l’insécurité alimentaire.
Il a indiqué que les autorités sénégalaises avaient déjà pris des initiatives pour prendre en charge les problèmes liés à la malnutrition, à l’accès à la santé, au soutien à l’élevage et surtout aux initiatives agricoles, le Système des Nations unies venant évaluer le plan en cours et apporter son soutien.
Au terme d’une visite de trois jours au Sénégal, au cours de laquelle elle s’est rendue à l’intérieur pour constater les programmes humanitaires mis en place, Mme Amos a constaté que le gouvernement était en train de débourser des sommes importantes pour apporter une réponse immédiate à la crise alimentaire et à la malnutrition.
« J’ai visité des localités dans la région de Diourbel (centre) et j’ai constaté la manière dont les autorités locales, les guides religieux locaux et les différents acteurs coordonnent le travail pour lutter contre la malnutrition », a-t-elle souligné.
Selon elle, l’insécurité alimentaire est une question très sérieuse dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest.
« Il y a 18 millions de personnes affectées par la malnutrition dans le Sahel, dont 6,5 millions au Niger et 800.000 personnes au Sénégal. S’y ajoute l’instabilité politique au Mali qui risque d’empirer la situation », a indiqué Mme Amos.


Kanalreunion.com