Pays émergents

Suppression des visas pour les Sud Africains : que de temps perdu !

Relations internationales / Afrique du Sud 

Témoignages.re / 16 novembre 2012

Depuis l’accession de la démocratie en Afrique du Sud avec l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela et du Congrès National Africain en 1994, les liens entre La Réunion et l’Afrique du Sud avaient du mal à « décoller ». Des raisons liées à la non réciprocité des facilités de circulation constamment dénoncées par le Parti Communiste Réunionnais et leurs responsables sous l’ancienne mandature de Paul Vergès à la Région, à l’IRT sous la présidence de Pierre Vergès et au sein de la société civile avec notamment l’Association Coopération Réunion/Afrique du Sud. Une nouvelle ère prometteuse commence avec l’annonce la semaine dernière par le Ministre de l’Outre mer français de la suppression des visas pour tous les citoyens sud africains désirant se rendre dans notre île pour des séjours touristiques. Mais un questionnement demeure : pourquoi avoir attendu tout ce temps ? Un enseignement à retirer : le développement de La Réunion passe par son intégration régionale pleine et entière, ici et maintenant !

Que de chemin parcouru, de rencontres, de lobbying, de discussions à La Réunion, Paris, en Afrique du Sud et ailleurs. L’annonce de Victorin Lurel, saluée par toutes les forces vives du pays marque la concrétisation de dizaines d’années de lutte sur le front de la prise en compte des spécificités géopolitiques de l’île, complètement différentes du contexte de la France métropolitaine. Votre humble rédacteur, ayant eu la possibilité de participer à certaines séquences de ces négociations au sein de l’Association Coopération Réunion Afrique du Sud, pourrait tirer quelques enseignements qui devraient nous éclairer sur les origines de beaucoup de blocages qui affectent notre développement.

Pourquoi avoir attendu ?

La comparaison est flagrante lorsque l’on prend le vol Saint-Denis/Johannesburg. A l’aller, beaucoup de Réunionnais partent en vacances dans le pays de M. Mandela. Au retour, les Sud Africains ne se comptent pas, on les cherche désespérément... A coté, l’île Maurice n’a pas attendu les îles vanilles pour se faire connaitre en Afrique du Sud, ils sont plus de 150.000 chaque année à dépenser leur Rand (de plus en plus fort) dans les hôtels mauriciens et cela depuis les années 70. Pourquoi avoir attendu 2012 pour lever l’obstacle principal du visa qui freine indubitablement l’envie de nos voisins de venir dans notre île ? Une seule réponse : il a fallu le lobbying permanent et intense des acteurs politiques réunionnais et les premiers depuis 1998 à la Région sous la mandature de Paul Vergès pour arriver à ce résultat. L’obstacle majeur était le Ministère de l’Intérieur qui brandissait systématiquement la menace d’une immigration massive d’Africains ou de terroristes (???) à La Réunion. Il est vrai que d’un bureau à Paris, les enjeux du développement de notre île sont loin d’être la priorité de la France…

Un enseignement politique à retirer : les Réunionnais sont les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour le développement de leur pays. Il est temps de leur donner les capacités de prendre les décisions qui les concernent dans leur pays et leurs relations extérieures. Sinon l’on devra encore attendre 20 ans et regarder ce qui se passe, passivement…

Christophe ROCHELAND


Kanalreunion.com