Pays émergents

Vers la délimitation des frontières maritimes

Canal de Mozambique

Témoignages.re / 21 mai 2010

La méthode de l’équidistant sera appliquée pour délimiter les zones économiques exclusives dans le canal de Mozambique. C’est ce qui est ressorti de la réunion des experts des trois pays à Moroni.

Les experts du Mozambique, de Tanzanie et des Comores se sont réunis durant 4 jours à Moroni pour se pencher sur la délimitation des frontières maritimes de ces pays riverains du canal de Mozambique.
Le droit international ayant du mal à s’appliquer, les protagonistes sont invités à tenir des pourparlers directs afin de trouver un compromis définitif par l’Union africaine. L’organisation panafricaine tient à ce que tous les pays du continent arrivent à parachever rapidement ce vieux dossiers de partage des zones maritimes exclusives afin d’éviter des sources de conflits potentiels.
La règle applicable en la matière est la convention de Montego Bay de 1982 qui accorde 200 miles (près de 365 km) d’espace maritime à chaque pays. Cependant, dans le cas du canal de Mozambique, cette distance fait que chacun va rentrer dans la zone économique exclusive de l’autre.

Tout ce passe bien avec les Seychelles et Madagascar

Selon Said Salim directeur des Affaires maritimes au sein du ministère des Transports, la compréhension est de mise : « nous sommes entre pays frères, il n’y a aucune raison que l’on ne trouve pas une solution définitive à amiable ».
Après 4 jours de travaux, les experts des trois pays ont publié un communiqué conjoint qui confirme l’issue des négociations. Ils ont donc décidé d’appliquer la méthode de l’équidistant qui consiste à réserver à chaque pays baigné par le canal un espace maritime égal selon des paramètres qui seront affinés au cours des prochains rounds de négociation. Selon un membre de la délégation de Mozambique, il faudra en effet procéder à la définition des modalités des tracées, mais il est convaincu dit-il que l’atmosphère de compréhension qui règne entre les membres des différentes délégation et qui reflète la fraternité entre ces peuples aux liens séculaires reste le gage de la réussite de ce long processus engagé sous l’égide de l’Union africaine. Des négociations similaires sont entamées avec les Seychelles et avec Madagascar et selon Said Salim il n’y a aucun doute sur la conclusion des accords définitifs très prochainement.

De notre correspondant A. Mohamed


Kanalreunion.com