Justice

Cyrille Hamilcaro : Deux ans de prison avec sursis, 40.000 euros d’amende et cinq ans d’inéligibilité

Sophie Périabe / 17 juin 2011

La présidente du Tribunal correctionnel de Saint-Pierre a rendu son verdict hier dans l’affaire de la vente frauduleuse de terrains agricoles de Saint-Louis. Le conseiller général de Saint-Louis, Cyrille Hamilcaro, a été reconnu coupable de recel d’escroquerie et a été condamné à 2 ans de prison avec sursis, 40.000 euros d’amende et 5 ans de privation des droits civiques.

Dans le procès de la vente fictive de terrains communaux, le juge du Tribunal correctionnel de Saint-Pierre est allé au-delà des réquisitions du procureur Patrice Camberou. En effet, Cyrille Hamilcaro, accusé de recel d’escroquerie, a écopé de 5 ans d’inéligibilité, au lieu des 3 requis par le procureur.
Rappelons que dans cette affaire, la vente de terrains fictifs à Saint-Louis par Surgine Fontaine, à l’époque secrétaire de Direction de la CIVIS et maîtresse de Cyrille Hamilcaro, a servi à financer la campagne électorale de ce dernier lors des Cantonales de 2004. Au total, plus de quarante personnes ont été escroquées pour un préjudice de plus de 2 millions d’euros.
Une escroquerie montée de toutes pièces par Cyrille Hamilcaro, s’est défendu Surgine Fontaine. Cette dernière a été condamnée à 24 mois de prison, dont 18 avec sursis, et 40.000 euros d’amende, conformément aux réquisitions du procureur. Elle ne retournera pas en prison puisqu’elle a déjà purgé cette peine en détention provisoire.
Son mari, Hugues Fontaine, a quant à lui écopé de 6 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende.
Les deux complices de Surgine Fontaine à la CIVIS, Pamela Sery et Catherine Berfeuil, ont été condamnées à 6 mois de prison avec sursis.
Pour Cyrille Hamilcaro, cette décision de justice « n’est pas sévère, elle est méchante ».
Son avocate, Brigitte Hoarau, a d’ores et déjà annoncé que son client fera appel de cette décision.

SP



Éclairage

Hier à Saint-Pierre, les juges ont rendu leur verdict dans les affaires d’escroqueries dont Mme Surgine Fontaine et Cyrille Hamilcaro étaient accusés d’être les protagonistes.

À Madame Fontaine, alors intime de Cyrille Hamilcaro, il était reproché d’avoir usé de sa relation privilégiée avec Cyrille Hamilcaro, alors maire de Saint-Louis, pour abuser des personnes désireuses d’acheter des terrains constructibles (ou pouvant le devenir, par la grâce du maire). Le fruit de ces escroqueries ayant ensuite été remis (tout ou partie ?) à Cyrille Hamilcaro.

Hier, les juges ont condamné Mme Fontaine à 24 mois de prison, dont 18 mois avec sursis, et à 40.000 euros d’amende.

Quant à Cyrille Hamilcaro, il a été condamné à deux ans de prison avec sursis, 40.000 euros d’amende et cinq ans de privation de droits civiques, civils et familiaux. Cela signifie que l’ancien maire de Saint-Louis est frappé d’une inéligibilité durant les cinq prochaines années.

Le procureur de la République avait requis trois années d’inéligibilité, le tribunal a monté la sanction à cinq années.

Il n’est pas de notre ressort de commenter une décision de justice, tout au plus pouvons-nous tenter d’analyser les raisons qui ont entraîné ces condamnations.

Madame Fontaine a-t-elle payé pour la façon dont elle a utilisé ses fonctions, sa relation intime avec le maire et les locaux municipaux pour donner du crédit à ses manœuvres afin d’extorquer d’importantes sommes à ses victimes ? On peut le supposer.

Quant à Cyrille Hamilcaro, est-il juste de penser que le tribunal a ainsi voulu marquer son refus de voir la structure et la fonction communales être ainsi mises à plusieurs reprises au service d’un système de financement politique et d’enrichissement personnel ?

Cyrille Hamilcaro a fait part de son intention d’interjeter appel de ce jugement. Le procès d’appel permettra-t-il de confirmer nos hypothèses ?

Aimé Habib


Kanalreunion.com